L’inspectrice générale du ministère de l’Industrie pharmaceutique, Mme Ouiza Adjadj a annoncé, jeudi à Alger, l’attribution prochaine des appels d’offres pour la fourniture de médicaments anticancéreux destinés aux hôpitaux.

Dans un entretien à la chaine I de la Radio algérienne, Mme Adjadj a indiqué qu’il a été procédé au lancement des appels d’offres pour la fourniture de médicaments anticancéreux destinés aux hôpitaux, ajoutant que leur attribution se fera dans “les prochains jours”.

Concernant la Ventoline destinée aux patients atteints des maladies respiratoires (Asthme) qui connaît, aussi, une pénurie sur le marché national, l’intervenante a affirmé que l’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) a été chargée d’assurer la disponibilité de ce médicament dans les pharmacies dans “les plus brefs délais”.

Elle a rappelé les efforts de l’Inspection générale du ministère de l’Industrie pharmaceutique dans la lutte contre la spéculation et le monopole de médicaments, notamment ceux prescrits dans le traitement du Covid-19, qualifiant de positifs les résultats des efforts consentis pour la lutte contre ces pratiques.

Elle a en outre rappelé que son secteur œuvrait à lutter contre la vente en ligne des médicaments, une pratique, a-t-elle dit, “interdite par la loi”.

Revenant aux capacités locales de production de médicaments, l’intervenante a souligné que l’Algérie couvre 70 % de ses besoins locaux, soit trois médicaments sur quatre, à travers la production locale, précisant que le ministère accompagne et encourage les producteurs à produire davantage de médicaments pour une meilleure couverture des besoins du marché national et l’exportation vers l’étranger, notamment vers les pays africains.

Les projets tracés par le ministère de l’Industrie pharmaceutique pour la production locale des produits bruts seront lancés prochainement”.