Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a reçu, hier à Alger, les ambassadeurs d’Italie à Alger, Giovanni Polizzi, et du Portugal Luiz Manuel de Magalhaes de Albuquerque avec lesquels il a examiné l’état et les perspectives de la coopération et du partenariat industriels, a indiqué un communiqué du ministère. Ahmed Zeghdar et Giovanni Polizzi ont évoqué «les relations étroites et stratégiques» entre l’Algérie et l’Italie aux plans politique et économique, exprimant «la volonté des deux pays de consolider et d’intensifier la coopération et le partenariat industriel à travers des projets d’investissement fructueux». A ce propos, M. Zeghdar a appelé les entreprises italiennes, constituées essentiellement de petites et moyennes entreprises, à «investir en Algérie et à renforcer leur présence sur le marché algérien à travers des partenariats gagnant-gagnant, en se lançant dans projets dans les domaines des industries manufacturières et agroalimentaires, des industries mécaniques ou encore des textiles». Pour sa part, l’ambassadeur d’Italie a fait part du «grand intérêt» affiché par les entreprises de son pays en vue d’investir en Algérie, notamment dans «les industries mécaniques et manufacturières, ainsi que dans les énergies renouvelables et les mines», a conclu le communiqué. Pour ce qui est de l’audience accordée à l’ambassadeur du Portugal à Alger, Luiz Manuel de Magalhaes de Albuquerque, Ahmed Zeghdar a également appelé, à une présence renforcée des investissements portugais sur le marché algérien à travers des partenariats gagnant-gagnant. Lors de cette audience, tenue au siège du ministère, les deux parties ont examiné l’état et les perspectives de coopération et de partenariat industriels entre l’Algérie et le Portugal, exprimant «la volonté des deux pays de consolider et d’intensifier la coopération et le partenariat industriels».
A ce propos, M. Zeghdar a mis en avant l’importance de «mener davantage de projets d’investissement lucratifs bilatéraux», invitant les entreprises portugaises à renforcer leur présence sur le marché algérien à travers des partenariats gagnant-gagnant, en se lançant notamment dans «des projets relatifs à l’industrie du cuir, l’agroalimentaire ou encore le liège». Pour sa part, l’ambassadeur portugais a passé en revue quelques filiales industrielles susceptibles de constituer des cadres de partenariat prometteurs, affichant «la volonté de son pays de concrétiser des partenariats au mieux des intérêts des deux parties».