L’industrie de l’emballage en Algérie compte 197 entreprises implantées dans 26 wilayas, selon un recensement effectué par la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) (ex-FCE) et rendu public à travers un communiqué.

Ces entreprises activent dans différentes branches du secteur, dont le papier, le carton ondulé, le plastique ou encore le métallique, précise la CAPC, en se référant à une étude menée par sa Commission emballage et qui a permis de dégager une cartographie sous forme de plateforme numérique mise au service des professionnels.
«Cette étude s’inscrit dans une démarche de développement du secteur qui est sans le rappeler en constante évolution», souligne la confédération, avant d’expliquer qu’elle «se fragmente en différentes parties : l’identification des acteurs du domaine, la connaissance du mode de fonctionnement des producteurs d’emballage et des importateurs/distributeurs, de même que la cartographie de la majorité des producteurs du secteur en Algérie qui sera mise à jour.
Autrement dit, l’objectif du CAPC consiste à «répertorier, valoriser et démocratiser les métiers de l’emballage ainsi que leur mode de fonctionnement». Dans cette logique, la commission se veut «une source d’information unique et fiable», en veillant à ce que ses membres «soient informés en permanence des évolutions susceptibles d’avoir un impact sur l’industrie de l’emballage», indique encore le communiqué de la Confédération des patrons d’entreprise. C’est pourquoi la cartographie élaborée est destinée aux entreprises productrices ou utilisatrices de tout type d’emballage, pour leur permettre «d’avoir une visibilité à moyen et long termes» du marché, mais aussi aux entreprises exportatrices en produits d’emballage afin qu’elles puissent «identifier les marchés cibles et ceux en croissance», poursuit la même source.
Difficile, l’approvisionnement en matières premières
En plus de la cartographie mise au service des professionnels, l’étude de la CAPC montre que la matière la plus importée pour l’industrie de l’emballage est le polyéthylène, pour 30% des entreprises, suivi par le polypropylène, pour 19% des entreprises. En outre, 9% des entreprises algériennes du secteur exportent leurs produits, relève l’étude, citant la Tunisie comme «le pays importateur pour plus d’un client sur deux».
La Commission emballage de la CAPC a également relevé que 34% des entreprises rencontrent des difficultés à s’approvisionner en matières premières, et que seulement 27% déclarent faire du recyclage. De plus, 58%, soit plus de la moitié des entreprises, déclarent le manque de disponibilité de la matière première en Algérie.
Concernant la commercialisation post usine, 68% des entreprises (grossistes, importateurs, détaillants) déclarent s’occuper de la livraison de leur marchandise, alors que 59% des distributeurs préfèrent commercialiser les produits locaux, car ils préfèrent commercialiser des produits algériens que ceux issus de l’importation, fait savoir, par ailleurs, la même source, non sans insister sur la baisse de la production de ces trois dernières années «et sur la situation du secteur qui, notent-elle «est fortement impacté par la crise sanitaire mondiale de la Covid-19». <