Hier, mercredi, les constructeurs français PSA et italo-américain Fiat Chrysler (FCA) ont annoncé la signature de leur contrat de mariage, pour former le numéro 4 d’un secteur automobile en pleine mutation à l’échelle mondiale.

Selon un communiqué commun, les deux partenaires ont signé « un accord de rapprochement engageant » en vue d’une fusion entre égaux de leurs activités « pour former le quatrième constructeur automobile mondial ». Le trio de tête sur le marché automobile mondial, en nombre de véhicules vendus, comprend aujourd’hui le groupe allemand Volkswagen, l’alliance franco-japonaise Renault-Nissan-Mitsubishi et le japonais Toyota. La nouvelle entité, de plus de 400 000 salariés, affichera un chiffre d’affaires consolidé de près de 170 milliards d’euros et des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules, sous les marques Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, DS, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot et Vauxhall.
« Notre fusion est une formidable opportunité de prendre une position plus forte dans l’industrie automobile, alors que nous cherchons à maîtriser la transition vers une mobilité propre, sûre et durable », a déclaré Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes en évoquant un « moment historique ». « Nos deux entreprises – qui sont toutes deux des démonstrations réussies « d’entrepreneuriat familial durable et dévoué au fil des générations – ont « contribué à définir notre industrie depuis ses origines, il y a plus d’un siècle », a écrit dans une lettre adressée aux salariés John Elkann, actuel président de FCA et héritier de la famille Agnelli, parlant « d’une réinvention de l’automobile » à venir autour « des véhicules à énergies nouvelles, la conduite autonome et la connectivité ».

Dongfeng réduit sa participation
John Elkann présidera le nouveau conseil d’administration, tandis que Carlos Tavares deviendra directeur général du groupe fusionné, selon les deux partenaires. Les économies générées par la fusion permettront
« d’investir massivement dans les technologies et les services qui vont façonner la mobilité du futur, tout en répondant au défi des réglementations sur les émissions de CO2 », ont souligné les deux groupes.
Après la fusion, la famille Peugeot et le bras financier de l’Etat français Bpifrance détiendront chacun 6,1% à 6,2% de la nouvelle entité. Le troisième actionnaire de référence de PSA, le chinois Dongfeng, va en revanche céder 30,7 millions d’actions avant la réalisation de la fusion pour n’avoir que 4,5% dans la nouvelle entité.
« Ils sont très conscients du rôle qu’ils ont, c’est une façon de soutenir cette fusion », a commenté M. Tavares, interrogé sur les éventuelles difficultés créées par la présence de l’actionnaire chinois pour une approbation de l’accord par les Etats-Unis, dans un contexte de fortes tensions commerciales sino-américaines.
La famille Peugeot, qui aura la possibilité d’augmenter de 2,5% sa participation au sein de la nouvelle entité, a qualifié ce rapprochement d’ « équilibré », soulignant qu’elle aura, tout comme Bpifrance, « un administrateur, Exor, actionnaire de référence de FCA, en ayant deux ». Exor, la holding de la famille Agnelli-Elkann, devrait détenir 14% de la future entité dont le nom n’a pas encore été choisi.<