Le Crédit populaire algérien (CPA) financera la totalité du projet de montage de véhicules en partenariat avec le Groupe allemand Volkswagen en Algérie, a déclaré hier le patron du Groupe Sovac «principal» actionnaire dans ce projet, Mourad Oulmi.

« On ne peut pas parler de la crédibilité du numéro 1 mondial (Volkswagen) et dont le chiffre d’affaires dépasse les 220 milliards d’euros par rapport aux 170 millions d’euros que va mettre le CPA sur la table », a répondu hier M. Oulmi, interrogé par l’APS sur l’apport du partenaire allemand. C’est l’entreprise Sovac Production qui a contracté le crédit auprès du CPA, a-t-il relevé. En fait, selon les propos du patron de Sovac, ce partenariat est triptyque entre un privé, une banque publique et un « partenaire technologique » qui est Volkswagen. Dans ce partenariat, le CPA est un « partenaire stratégique », a-t-il qualifié. Pour lui, «dans le monde entier, ce sont les banques qui financent les grands projets ». S’agissant des garanties bancaires à ce « prêt », M. Oulmi a estimé que les plus grandes garanties sont le client et le marché, en plus du partenaire (Volkswagen) qui dispose de plus de 220 milliards d’euros de chiffre d’affaires et du groupe Sovac dont les fonds propres dépassent plus de six fois le montant octroyé par le CPA. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre des mesures d’encouragement prises par les pouvoirs publics pour développer, en Algérie, l’industrie de l’automobile en partenariat avec des constructeurs automobiles de renom dans le respect des exigences de l’intégration progressive. Pour rappel, dans le cas du français Renault, le Fonds national d’investissement (FNI) est actionnaire.

 

La phase de construction et d’équipement coûtera 6,5 milliards DA
Hier, le CPA et Sovac ont signé une convention pour le financement à hauteur de plus de 80% du coût de la première phase du projet de montage de véhicules de la marque allemande Volkswagen et autres du même groupe, a rapporté l’APS. Il s’agit de 6,5 milliards de dinars, dont 5 milliards de dinars seront assurés par le CPA, alors que le reste, soit 1,5 milliard de dinars sera couvert par les fonds propres de la société Sovac. Le coût total du projet, annoncé lors de la signature entre le Groupe algérien Sovac et le constructeur allemand le 27 novembre dernier à Alger et réitéré lors du Forum économique algéro-allemand qui s’est tenu avant-hier est de 170 millions d’euros. Le financement s’étalera sur plusieurs phases dont cette première qui « est destinée à la réalisation des infrastructures et l’acquisition des équipements», a indiqué à la presse le P-DG du CPA, Omar Boudiab. Le CPA assurera aussi l’accompagnement du cycle d’exploitation du projet. En d’autres termes, ladite banque continuera à financer la production de la société. A ce propos, son P-DG dira : « Le CPA sera là pour mettre en place les financements nécessaires pour les actifs circulants et les équipements de cette activité industrielle ». Oulmi promet la sortie de la Golf 7 en juin prochain. Cette future usine de la marque allemande, qui sera implantée dans la zone industrielle de Sidi Khettab (Relizane) sur une assiette foncière de 150 hectares, produira
12 000 unités durant la première année de son entrée en production, avant d’atteindre 100 000 véhicules/an après cinq années. A son entrée en activité, prévue en juin prochain, le projet créera 1 800 emplois directs et 3 500 emplois indirects. Le patron de Sovac, M. Oulmi, promet « de produire les premiers véhicules en juin 2017 et on sera au rendez-vous » comme il s’est engagé avec les pouvoirs publics. Le premier véhicule qui sortira de cette usine est la Golf 7 qui sera suivi par Ibiza avant de procéder à la fabrication des autres modèles prévus avant la fin 2017. Quatre modèles seront assemblés par la future usine. Volkswagen Golf 7 et le Caddy, Seat Ibiza et Skoda Octavia. Le taux d’intégration de cette unité industrielle, qui nécessite un investissement de quelque 170 millions d’euros, sera de 15% puis de 40% après cinq années d’activité.