Le ministre de l’Industrie et des Mines est attendu aujourd’hui à Sétif pour une visite d’inspection dans la wilaya, où il devrait mettre en service une ligne de production de la cimenterie d’Aïn Kebira, inaugurer deux mines de zinc et visiter deux ou trois entreprises industrielles.

Ce sera la première sortie de terrain du ministre pour cette nouvelle année 2017 après une année 2016 marquée par une mise à jour importante de l’arsenal juridique relatif à l’investissement et à l’entreprise. Abdeslam Bouchouareb a fait adopter au Parlement un nouveau code de l’investissement et une nouvelle loi d’orientation de la PME, deux textes destinés à relancer l’activité dans ce secteur.
Le ministre de l’Industrie et des Mines a effectué aussi un large remaniement à la tête de plusieurs entreprises publiques durant la fin de l’année écoulée. Un changement motivé par « l’impérieuse nécessité d’insuffler une nouvelle dynamique dans la gestion des groupes industriels publics pour accélérer la mise en œuvre des plans de développement validés par le Conseil des participations de l’État.» Abdeslam Bouchouareb aura donc pour sa première sortie de l’année à donner de plus amples éclairages sur les différents dossiers en cours pour expliquer la portée de ces changements sur les évolutions concrètes sur le terrain.
L’un des principaux dossiers à suivre, celui de la SNVI, dont le syndicat UGTA a dénoncé, lors de la grève l’automne dernier « le laisser-aller et la mauvaise gestion de l’entreprise », précisant que la majorité des engagements signés l’année dernière n’avaient pas été tenus. Pourtant, l’Etat avait déjà mis en œuvre un plan d’urgence doté de plus de 90 milliards de dinars censé améliorer la production de l’entreprise nationale.