Les deux joueurs de l’AB Barika, Fradj et Merzoug, ont été sévèrement sanctionnés par la Commission de discipline de la Fédération algérienne de handball (CFRQD) dans l’affaire des incidents qui ont émaillé la rencontre AB Barika – OM Annaba le mois passé à Batna pour le compte de la dernière journée du championnat national 1 de handball (messieurs).

Lors de la réunion de la commission de discipline, mercredi dernier, les deux joueurs Fradj et Merzoug, ont été suspendus deux ans ferme avec proposition de radiation à vie pour « incitation des supporters de l’ABB à envahir le terrain, provoquant des incidents graves, menaces, insultes et propos grossiers envers les officiels et agression grave envers les officiels », précise le P.V. de ladite réunion.
D’autre part, le club de l’AB Barika s’est vu infliger une amende de 200 000 DA, alors que la salle de domiciliation de l’équipe a été suspendue pour une année, dont six mois ferme avec huis clos, et ce, à partir de la saison sportive 2018-2019. Quant au prochain lieu de domiciliation, il reste à définir par la FAHB conformément aux articles 172-173 et 174 du règlement intérieur, précise le P.V. de la réunion de la commission de discipline de la FAHB.
A la lecture de ces sanctions, si pour les joueurs concernés, celles-ci sont exemplaires, pour les responsables du club la commission de discipline n’a infligé aucune sanction ! Et pour mieux comprendre, il est utile de faire une petite rétrospective.

Rappel des faits
On se souvient que le 27 avril dernier, le match AB Barika – OM Annaba, en championnat d’Algérie de la Division nationale A de handball, a vu le déroulement de scènes de violence.
La partie qui opposait les deux co-leaders a été arrêtée à la 52e minute de jeu. Il faut savoir que cette rencontre choc devait départager les deux clubs pour une place en Division Excellence. Seulement, alors que l’équipe visiteuse, l’OM Annaba, menait au score face à l’équipe locale de Barika (23 – 21), des supporters ont envahi le terrain mettant en péril la vie des joueurs, des responsables et des officiels. Ils n’ont pas trouvé mieux que de saccager la salle omnisports de la wilaya de Batna.
Durant le match, il y a eu deux tentatives d’envahissement de terrain qui ont été avortées. L’arbitre a expulsé un joueur de l’ABB. Ce dernier est sorti, mais il est revenu dans la salle, 20 minutes avant la fin du match, en cassant la porte pour contester la décision des arbitres. Les esprits se sont apaisés ensuite.
Cependant, à une minute du terme du match, l’équipe de l’OM Annaba avait pris deux points d’écart, les supporters de l’ABB ont compris que le rêve de l’accession s’est envolé, s’en est suivi un envahissement de terrain par les supporters de Barika, qui ont agressé les arbitres et les officiels. Même le DOS n’a pas été épargné. Heureusement que les services de sécurité étaient présents et ont donc évité le pire, car les joueurs et les officiels étaient livrés aux supporters de Barika. Bilan de ces actes de violence : les arbitres Sid-Ali Hamidi et Youcef Belkheiri ont été touchés aux yeux, Belkheiri a eu aussi un déboitement de l’épaule et Mourad Aït Kaci, le DOS de la fédération, a été touché à la tête.

Réaction de la FAHB
La réaction de la Fédération algérienne de handball (FAHB) ne s’est pas fait attendre. Elle a expressément posté un communiqué sur sa page Facebook dénonçant l’irresponsabilité des supporters et des dirigeants de l’équipe locale. Ainsi, la FAHB a écrit : « Suite aux regrettables événements qui sont survenus lors de la rencontre de la dernière journée de la Nationale 1 Hommes, qui a opposé l’AB Barika à l’OM Annaba, la Fédération algérienne de handball déplore avec la plus grande rigueur le comportement indigne, irresponsable et antisportif des responsables et supporters de l’AB Barika qui ont mis en danger la vie des officiels désignés pour diriger cette rencontre. » L’instance fédérale menace les fauteurs de troubles, en indiquant qu’« à cet effet, de lourdes sanctions seront infligées aux responsables de ces actes qui ont osé porter atteinte à l’intégrité physique des arbitres, des délégués et des athlètes ».
On lit bien dans ce communiqué de la FAHB, celle-ci avait bien précisé l’implication des responsables de l’AB Barika. Mais, à la lecture des sanctions de la commission de discipline de la FAHB aucune sanction n’est infligée à un quelconque responsable de l’équipe. Et pourtant, au lendemain de ces actes de violence, le premier vice-président de la Fédération algérienne de handball (FAHB), Idriss Hassaoui, a promis que l’instance fédérale sévira «d’une main de fer en se basant sur les rapports du commissaire au match, de la police et de la gendarmerie» et que «des sanctions exemplaires seront prises contre l’équipe de Barika». Mais force est de constater qu’aucun responsable de l’équipe de Barika n’est sanctionné…