Par Nadir Kadi
Alors que les services de météo annonçaient, dès vendredi, une vague de fortes chaleurs dans les régions nord du pays, la crainte de nouveaux feux de forêt n’a pas mis longtemps à devenir une réalité. Plusieurs incendies ont, en effet, été enregistrés au niveau du Parc national de Chéra (wilaya de Blida) mais, également, à Tizi Ouzou dans la région de Tigzirt, et vendredi, à Bordj Bou-Naama (Tissemsilt). La Protection civile, qui participe notamment aux opérations d’extinction de l’incendie de Chréa, a précisé, hier, que quatre foyers sont actifs au niveau de Oued el Abrar, Oued Bellat et Sidi el Kebir, au sein même du Parc national. Les équipes d’intervention de Blida, renforcées par les unités des wilayas limitrophes, dont Médéa et Tipasa, en plus de l’unité aérienne, déplorent toutefois un blessé dans leurs rangs, victime de brûlures au 3e degré au niveau du visage et des membres supérieurs.
Deux autres personnes ont été également blessées, il s’agit d’un forestier et d’un agent du parc national de Chréa. En effet, incendies visiblement très violents, des photos et vidéos ont rapidement circulé, hier, sur les réseaux sociaux, montrant notamment des agents de la Conservation des forêts et de la Protection civile lutter contre les flammes en bordure de certaines routes du massif très fréquenté de Chréa. Des départs d’incendies, dont l’origine et l’ampleur restent encore difficiles à évaluer, mais dont la propagation rapide aurait également contraint des automobilistes à rebrousser chemin.
Possibilités de nouveaux départs de feu qui avaient conduit les services de lutte à multiplier les patrouilles depuis plusieurs jours en vue de les circonscrire au plus vite. La principale crainte évoquée entre les lignes par les responsables étant, en effet, l’acte de négligence des visiteurs en ce weekend prolongé : «En prévision d’une affluence de visiteurs vers le Parc national de Chréa, durant ce weekend coïncidant avec les fêtes de l’Aïd El Adha, les patrouilles de contrôle seront intensifiées au niveau des sites fréquentés par les visiteurs, dont une majorité prépare des barbecues, qui sont généralement à l’origine de la déclaration d’incendies», avait en ce sens indiqué, à l’APS, Mohamed Ziar, directeur du Parc national. Le même responsable faisant savoir que 80% des incendies ces dernières années dans cette zone protégée ont été enregistrés entre midi et vingt heures, au plus fort de l’affluence des visiteurs. En ce sens, et bien que l’origine de ces derniers départs de feu à Chréa reste encore indéterminée, les autorités du parc avaient exhorté les visiteurs de la réserve naturelle à éviter d’allumer des barbecues au sein des forêts du Parc. Les barbecues non contrôlés, trop proches du couvert végétal ou mal éteint, explique Mohamed Ziar, «sont parmi les principaux facteurs dans la déclaration des incendies, tout en étant à l’origine de la dégradation du couvert végétal, et de la disparition d’un nombre de plantes rares endémiques de cette réserve».
Quant à la vague de fortes chaleurs qui rend la lutte contre les incendies encore plus difficile, elle est qualifiée par Météo Algérie de canicule de niveau 2, avec des températures maximales «atteignant ou dépassant» les 44 degrés. Elle devait se prolonger tout au long des journées de vendredi et samedi au niveau des wilayas de Sidi Bel Abbès, Mascara, Relizane, Chlef et Aïn Defla. La même agence de veille météo a, par ailleurs, placé en «vigilance jaune canicule» les wilayas de Médéa, Bouira, Mila, Constantine et Guelma, en plus de l’ensemble des wilayas côtières entre Tizi Ouzou et El Tarf. La même vigilance s’applique également au niveau de trois wilayas du sud du pays Tamanrasset, Bordj Badji-Mokhtar et In Guezzam. <