Par Nadir Kadi
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a précisé que l’indemnisation des victimes des derniers incendies, qui ont ravagé plusieurs wilayas du nord et du nord-est du pays, devrait débuter dès aujourd’hui jeudi.
Abdelhamid Hemdeni, qui intervenait hier en marge d’une réunion tenue avec les directeurs des services agricoles de 58 wilayas, a, en effet, déclaré : «En ce qui concerne les indemnisations (…) elles seront lancées dès demain (jeudi)». Le ministre de l’Agriculture, qui fait savoir que le recensement des «dégâts» matériels a été réalisé à plus de 95%, précise toutefois que ces premières indemnisations se feront «en nature». L’opération devrait concerner les cheptels de bovins, d’ovins et de caprins.
En ce sens, déclarant hier que les services du ministère de l’Agriculture avaient privilégié le recours à ce type de dédommagement en «nature» pour les agriculteurs et éleveurs, victimes de tragiques incendies du mois d’août dernier. Abdelhamid Hamdani signale que des animaux d’élevages «ont été acheminés depuis plusieurs régions du pays» et devront «remplacer» les pertes enregistrées dans les wilayas ravagées par les flammes, notamment Tizi-Ouzou et Béjaïa où des centaines d’exploitations agricoles ont été touchées. Cette opération d’indemnisation, qui intervient moins de 20 jours après les premiers incendies, est aujourd’hui rendue possible, selon le ministre, par la finalisation de la phase d’évaluation : «Nous avons lancé la première étape de recensement et l’avons terminée au niveau des wilayas et du ministère de l’Intérieur (…) En ce qui concerne les dégâts, ils sont identifiés à plus de 95%.»
Le ministre reconnaît que les pertes causées par les incendies ont porté préjudice à l’ensemble du secteur de l’agriculture : «Les feux qu’ont connu plusieurs régions du pays ont impacté le secteur de l’agriculture, cela nous oblige à redynamiser l’activité dans ces régions et dans les meilleurs délais possibles». Abdelhamid Hemdani a en ce sens donné plus de précisions quant aux projets de reboisement des zones sinistrées, en indiquant que des «campagnes de reboisement seront lancées dès le mois d’octobre (…) Le dispositif est mis en place». Ce responsable n’a toutefois pas précisé la nature de ce reboisement, bien qu’il devrait selon toute vraisemblance, et selon ses précédentes déclarations, concerner plus de «11 millions d’arbres fruitiers». Il s’est par ailleurs félicité hier de «l’état d’avancement» de la feuille de route du secteur pour la période 2020-24. Le ministre note en ce sens que «le travail est lancé sur le terrain», et notamment au travers de «l’augmentation des zones irriguées» ou encore «en privilégient les cultures stratégiques» telles que celle du blé, des huiles ou des productions sucrières. L’objectif de la politique suivie depuis 2020 serait de «provoquer un saut qualitatif pour arriver à la sécurité alimentaire» en plus de diversifier l’économie et «faire de l’agriculture un outil efficace du développement économique».
Même satisfecit du ministre en ce qui concerne «l’agriculture saharienne». Abdelhamid Hemdeni rappelle à ce titre l’installation de l’Office de développement de l’agriculture industrielle en terres sahariennes (Odas), une structure qui «a inscrit une liste de porteurs de projets et d’investisseurs dans son programme».