Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural ainsi que la ministre de la Solidarité nationale de la Famille et de la condition de la femme, se sont rendus, ce mardi, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, où d’importants incendies, toujours en cours, ont fait quatre morts et plusieurs blessés, a-t-on appris du ministère de l’Intérieur.

La délégation, s’est rendue à Ath Yenni, une commune qui a vécu une nuit apocalyptique et de panique lorsque des villages sont retrouvés piégés par les feux et où on déplore deux morts dont une jeune fille.

La délégation s’est également rendue à Takhoukht, où un important incendie à cerné la région durant la nuit de lundi à mardi, causant la fermeture de la route suite à la chute d’arbres brûlés.

Les trois ministres, dont la visite est toujours en cours, se sont enquis de la situation afin de prendre les mesures urgentes qui s’imposent. Les membres de la délégation ministérielle ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes.

Les incendies de Tizi-Ouzou « sont d’origine criminelle »

Le conservateur local des forêts, Youcef Ould Mohamed a observé que « le déclenchement simultané d’une trentaine de feux, dont dix importants, dans différentes communes de la wilaya le jour même ou un bulletin météorologique spécial (BMS) lance une alerte canicule, ne peut avoir une origine naturelle ».

« De par notre expérience, il est impossible que l’origine de ces départs de feux soit naturelle, il s’agit d’incendies criminels », a-t-il dit.

Une cellule de crise a été installée au niveau du secrétariat général de la wilaya pour coordonner les interventions des agents de la protection civile et de la conservation des forêts de Tizi-Ouzou, épaulés par les éléments de l’armée nationale populaire, de la gendarmerie nationale et par de nombreux citoyens et appuyés par les moyens humains et matériels d’autres wilayas (Alger, Bouira, Boumerdes, Médéa, Bordj Bou Arreridj).