Les feux qui ravagent le Parc national de Chréa, depuis samedi matin, ont été quasiment maîtrisés hier en milieu d’après-midi, a fait savoir la Protection civile. Toutefois, un premier bilan du sinistre, communiqué par cette dernière et repris par l’APS, déplorait la mort d’un agent suite à l’inhalation de fumée, trois autres personnes ont également été blessées durant la lutte contre les flammes.

Par Nadir Kadi
L’origine du sinistre, qui s’est propagé en près de deux jours sur «20 à 25 hectares» de couvert végétal, reste pour l’heure indéterminé, bien que plusieurs «témoignages» recueillis par les services de la Protection des forêts avancent l’hypothèse de négligences mettant en cause des «campeurs» aperçus sur place durant la nuit de vendredi à samedi.
Feux de forêt particulièrement violents, aidés dans la journée de samedi par des vents relativement forts et la sécheresse des sols. Le bilan humain des incendies du parc de Chréa est déjà tragique, le colonel Merzak Bachi, de la Direction de la Protection civile de Blida, a expliqué hier qu’un agent de 40 ans a perdu la vie suite à l’inhalation de fumée lors de son intervention «sur les hauteurs de Chréa». L’agent qui faisait partie des renforts déployés par l’unité d’intervention spéciale, relevant de l’Unité nationale d’instruction et d’intervention de Dar El Beïda (Alger), avait rapidement été transporté à l’hôpital Frantz-Fanon, la gravité des lésions auraient toutefois provoqué une crise cardiaque, a précisé la même source. Quant aux trois blessés enregistrés samedi au cours de l’opération d’extinction des feux de forêt, il s’agit, selon un communiqué du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, d’un garde forestier, d’un agent de la Protection civile et d’un agent du Parc national de Chréa.
Cette opération de lutte contre les flammes s’est déroulée en présence du Directeur général des forêts et du Directeur général de la Protection civile, selon les différents communiqués des agences gouvernementales. Il est également indiqué que des moyens humains et matériels de l’ANP ont été mobilisés en plus des colonnes mobiles des forestiers relevant des wilayas de Blida et de Médéa et des unités de la Protection civile de Blida, Médéa, Alger et Tipasa. Leur travail, qui se poursuivait dans la soirée dans le but d’éviter d’éventuelles reprises, a toutefois été rendu particulièrement difficile par «l’emplacement des foyers qui a requis une intervention manuelle», selon Mme Dalila Bennani, conservatrice des forêts de la wilaya de Blida. La même source ajoutait hier que «les efforts des différentes parties qui sont intervenues aujourd’hui pour l’extinction des feux, déclenchés sur les hauteurs du Parc national de Chréa (…) ont évité la propagation des flammes aux autres superficies forestières». Quant aux causes probables de ces départs de feu, et bien que l’enquête de la gendarmerie soit toujours en cours, il est à signaler que les regards se tournent vers de probables négligences de visiteurs du Parc national. Les services des forêts avancent en ce sens : «Sur la base de témoignages», des comportements de personnes ayant campé la nuit dans ces régions pourraient être à l’origine des départs de feu, avant d’ajouter que «l’enquête se poursuit pour établir les faits». Dans ce contexte, il a été précisé, ce samedi, par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, que l’utilisation de barbecues a causé près de 60 départs de feu durant le long weekend de l’Aïd. Des «négligences» notamment constatées dans les wilayas de Mostaganem, Béjaïa, Skikda et Jijel… Des feux causés par «l’inattention» qui s’ajoutent aux 433 incendies enregistrés depuis le 1er juin dernier, et qui ont conduit à la perte totale de près de 10 000 hectares du déjà très faible couvert végétal du pays.