Suite à des informations faisant état de la mise sous mandat de dépôt de Mohamed Reguieg, par le Tribunal de Chéraga, le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a réagi, jeudi, pour apporter des précisions sur l’inculpé, présenté comme conseiller administratif chargé de l’organisation.
Or, ce dernier n’occupait pas cette fonction, selon le FCE, mais était chargé « d’assurer le protocole du président démissionnaire, Ali Haddad». Après la démission de Ali Haddad, le président par intérim du FCE, Moncef Saïd Othmani, a signifié à Mohamed Reguieg que l’organisation patronale « n’avait plus besoin de ses services », lit-on encore sur la communiqué. Quant au président fraîchement élu du FCE, Sami Agli, « il n’a, à aucun moment, rappelé M. Reguieg pour reprendre ses services », soutient le FCE, précisant que le mis en détention provisoire par le Tribunal de Chéraga « a profité de la tenue de l’assemblée générale élective pour se rapprocher du président afin de lui demander sa réintégration », mais que sa demande « a essuyé un refus catégorique de Mohamed Sami Agli ».
« M. Reguieg ne peut en aucun cas se prévaloir comme faisant partie du personnel du Forum des chefs d’entreprises », insiste donc l’organisation, dans un communiqué qui a tout d’une nouvelle opération de rupture avec le FCE, version Ali Haddad, partie prenante du clan Bouteflika et devenu, au détriment de nombreux chefs d’entreprise adhérents, un outil au service du système instauré par le président démissionnaire. Pour rappel, Ali Haddad avait démissionné de son poste de président du FCE avant son incarcération, pour « faux et usage de faux ».
Après une période d’intérim, l’organisation a élu, le 24 juin dernier, son nouveau président, à savoir Sami Agli, délégué du Forum à la wilaya de Biskra depuis 2014 et membre du Conseil exécutif et vice-président de la même organisation patronale depuis fin 2018. Ce dernier a même été plébiscité par ses pairs lors du vote organisé au siège du FCE à El-Mouradia. Il a promis de redorer le blason terni de l’organisation patronale en lui insufflant un nouveau sang, notamment le rajeunissement de sa composante, au bénéfice d’une « économie nationale axée sur le changement ».n