La gestion, la préservation quantitative et qualitative des ressources en eau souterraine dans l’industrie pétrolière, le traitement des effluents des segments raffinage et pétrochimie ont fait l’objet de discussions lors des journées techniques d’information et de sensibilisation qui se sont déroulées les 18 et 19 de ce mois, à la base Zarzaïtine d’in Amenas.

Les besoins en eau dans l’activité pétrolière ont considérablement augmenté et de façon continue. L’extraction des eaux souterraines s’avère nécessaire dans l’industrie pétrolière, ce qui affecte négativement le niveau des eaux souterraines. Dans ce contexte, l’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau (Agire), à travers son représentant local, l’Agence de bassin hydrographique du Sahara, et en coordination avec la Direction générale du Complexe Sonatrach-Sinopec, In Amenas, a organisé cette rencontre qui s’est déroulée les 18 et 19 du mois en cours, se focalisant sur un principal thème qui concerne l’économie de l’eau et la préservation de sa qualité, dans le secteur de l’industrie pétrolière. Une situation qui, selon les organisateurs, nécessite la participation de différents acteurs pour assurer la préservation des eaux souterraines et qui oblige à développer des plans de gestion des ressources en eau, situées dans le Sahara d’une manière significative. En plus de ces problèmes accumulés, il est important de redéfinir et classer les risques environnementaux, notamment la pollution industrielle en augmentation. Cette situation est devenue une réelle menace pour beaucoup de zones dans le bassin hydrographique saharien, et représente la première menace pour les eaux souterraines dans la région, disent les organisateurs. Cette journée, à caractère technique, est une occasion pour l’échange d’informations et d’expériences entre les secteurs des ressources en eau et de l’énergie, à travers l’Agence du bassin hydrographique du Sahara dans le cadre des  thèmes relatifs à la préservation qualitative et quantitative des ressources en eau. La généralisation des mesures, procédures et inventaire des ressources en eau exploitées, l’installation de compteurs permettant de suivre le volume d’eau exploitée par les entreprises pétrolières utilisées dans les forages profonds (albiens et albo-barrémiens), l’exploitation des différents moyens pour éviter tout gaspillage de l’eau et la mise en place de mesures nécessaires pour réduire la pollution de l’environnement sont les principaux thèmes traités lors de cette journée de sensibilisation qui s’adresse à tous les opérants dans le secteur pétrolier, Sonatrach et ses partenaires. Quant aux programmes proposés, ils se classent en trois principaux axes, à savoir la présentation du cadre légal pour la gestion des ressources en eau, les textes juridiques adoptés pour gérer la politique de gestion des ressources en eau en Algérie, notamment celles liées au secteur de l’industrie pétrolière. Outre la gestion intégrée,  l’économie et la préservation des ressources en eau souterraine en plus du thème de la conservation de l’environnement et la planification des besoins en eau et la généralisation du système statistique. En sus des ressources mentionnées et les thèmes suggérés, cette manifestation a permis d’aborder les solutions alternatives, notamment l’exploitation des ressources non conventionnelles dont le recyclage de l’eau, ainsi que la réutilisation des eaux utilisées et traitées pour compenser l’exploitation croissante des eaux souterraines.