PAR NAZIM B.
Le gouvernement a retenu l’option de l’importation des viandes rouges à l’occasion du mois de ramadan 2023 pour augmenter l’offre et, par conséquent, générer la baisse des prix.
C’est ce qu’a indiqué hier, le ministre de l’Agriculture, qui s’est exprimé au lendemain des grandes lignes tracées lors de la dernière réunion du Conseil des ministres qui a abordé la question. Le ministre a affirmé, par la même occasion, qu’une opération d’importation est en cours et les prix sont déjà fixés et plafonnés à 1200 DA/kilo, en soulignant que ce programme d’importation est exécuté à un rythme accéléré pour assurer la disponibilité des viandes rouges durant le mois sacré.
Dans l’objectif de réguler le marché durant le mois de ramadan 2023, le président Tebboune a instruit le Gouvernement pour «réunir toutes les conditions favorables durant ce mois».
Dimanche, le chef de l’Etat a donné des instructions à l’occasion de la réunion du Conseil des ministres à l’effet de «poursuivre la lutte contre la spéculation en gardant la même cadence tout au long de l’année et en dévoilant les spéculateurs et leurs plans à l’opinion publique» et aussi «encourager les agriculteurs à vendre directement aux citoyens, tout en leur affectant des espaces provisoires dédiés à cette activité lors du mois sacré».
Par ailleurs, le représentant du ministère de l’Agriculture, Messaoud Bendridi, a fait état du projet des autorités publiques de mettre en place plus de 400 points de vente directe des produits de large consommation à l’occasion du prochain mois de carême.
«Plus de 400 points de vente répartis à travers les différentes régions du pays seront consacrés durant le mois de Ramadan à la vente directe des différents produits de large consommation à des prix raisonnables», a annoncé le responsable.
Parmi ces points de vente, le responsable cite 133 points de vente directe de produits céréaliers et de légumineuses, 114 points de vente de viandes rouges et blanches, 6 points de vente des fruits et légumes, outre 121 points de vente de lait et dérivés.
M. Bendridi a rassuré les consommateurs quant à la disponibilité de quantités «importantes» des différents produits agricoles d’origine végétale et animale durant le mois de Ramadan.
Il a ajouté que le ministère œuvre actuellement, en coordination avec les secteurs du Commerce, de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) à «faire face à la hausse de la demande» sur les produits de large consommation durant le mois sacré à travers l’ouverture de points de vente directe de proximité pour permettre au citoyen de s’approvisionner «à prix étudiés».
Pour ce qui est du lait, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, a assuré qu’il y a eu une augmentation des quotas pour des laiteries, publiques et privées, à travers toutes les wilayas.
«Les quantités sont déjà reparties en prévision du mois sacré du ramadan. Il y a également des stocks d’intervention d’urgence en cas de demande supplémentaire», a-t-il fait savoir.
Les services du gouvernement ont mis, pour rappel, en avant les mesures prises et les dispositifs mis en place pour, notamment, «assurer une disponibilité des produits alimentaires et agricoles à des prix raisonnables et l’approvisionnement régulier du marché».
Il s’agit également d’adapter l’organisation et le contrôle des marchés dans le but de répondre à la demande et aux besoins des citoyens durant ce mois sacré et de renforcer la lutte contre la spéculation, selon la même source.
Les mesures prises et les dispositifs mis en place ont pour objectif, en outre, de «veiller à la continuité et la qualité des services fournis par les offices publics vitaux au profit des citoyens à travers toutes les régions du pays, particulièrement en ce qui concerne l’alimentation en eau potable et l’énergie». <