PAR NAZIM BRAHIMI
Après avoir exempté l’importation de médicaments du document Algex, suite aux tensions générées par l’obligation faite aux opérateurs de parachever les formalités de domiciliation bancaire avant toute opération d’importation, la mesure vient de toucher le secteur de l’agriculture.
L’abandon de cette mesure vient, en effet, de toucher, depuis hier, les importateurs de produits nécessaires à l’activité agricole destinés à la revente en l’état. Les importateurs sont également dispensés de l’obligation de présenter le document délivré par l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (Algex), a affirmé hier dimanche le ministère de l’Agriculture et du Développement rural dans un communiqué.
Ce département a informé l’ensemble des opérateurs importateurs de produits agricoles d’origine végétale et animale (semences, plants, produits sanitaires végétales à usage agricole, matériel d’irrigation et animaux vivants y compris l’aliment de bétail, de médicaments et produits vétérinaires) destinés à la revente en l’état, aux agriculteurs et aux éleveurs, que le ministère du Commerce «dispense les produits cités de l’obligation de présenter le document délivré par l’Algex au dossier de domiciliation bancaire des opérations d’importations, eu égard à leurs spécificités».
Le ministère de l’Agriculture a indiqué que cette démarche «s’inscrit dans le cadre de la stratégie intersectorielle en matière de développement des filières agricoles qui vise à assurer la disponibilité de ces matières premières aux agriculteurs au moment opportun». Auparavant, c’était le ministère de l’Industrie pharmaceutique qui avait informé de l’abandon de la mesure, ce qui n’a pas manqué de soulager les opérateurs du secteur. «Le ministère de l’Industrie pharmaceutique porte à la connaissance de l’ensemble des opérateurs pharmaceutiques que le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations dispense les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux, eu égard à leur spécificité, de l’obligation de présenter le document délivré par l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (Algex) aux dossiers de domiciliations bancaires des opérations d’importation», a indiqué le ministère de l’Industrie pharmaceutique dans un communiqué. Le département de Lotfi Benbahmed a souligné, à ce propos, que c’est lui qui «est chargé de la régulation du marché pharmaceutique national conformément à ses prérogatives», affirmant qu’il «ne délivre les programmes prévisionnels d’importation et/ou attestation de régulation qu’aux produits essentiels et à forte valeur thérapeutique, non fabriqués localement ou dont les quantités ne couvrent pas les besoins nationaux et ce, après étude et examen minutieux des capacités de production, des niveaux de stock et des besoins nationaux». Cette démarche s’inscrit dans le cadre de «la cohésion gouvernementale et la concertation intersectorielle en vue d’assurer la disponibilité des produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux, ainsi que la protection et la promotion de la production locale», selon le ministère de l’Industrie pharmaceutique. La mesure vient ainsi signer l’abandon de la note du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations qui, en date du 24 avril dernier, adressée à l’Association des banques et des établissements financiers (Abef), a exigé une autorisation d’Algex portant sur l’importation de produits destinés à la revente en l’état après avoir obtenu l’attestation de respect. Cette note a causé un retard considérable dans les opérations d’importation des médicaments essentiels, selon les opérateurs du secteur, qui ont cité l’exemple de la Ventoline, qui est en rupture de stock au grand dam des patients et de leurs proches. n