La baisse du chiffre d’affaires pour la compagnie pétrolière nationale est estimée à 10 milliards de dollars. Sonatrach a réduit son plan d’investissements et ses coûts de fonctionnement de 35%, dont 54% en devises, pour parer aux effets de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole. Ce plan anti-Covid-19 ne touchera pas les primes et les salaires des travailleurs de Sonatrach…
La compagnie pétrolière nationale, comme les géants pétroliers mondiaux, a été fortement impactée par la double crise : sanitaire et celle provoquée par la chute brutale des prix du pétrole en 2020. Le PDG de Sonatrach Toufik Hakkar le reconnaît. Dans une déclaration à une chaîne de télévision privée, il a indiqué que les recettes de Sonatrach en 2020 se situeraient autour de 20 milliards de dollars.
Il s’agit d’une baisse de recettes par rapport à l’exercice 2019 d’environ 10 milliards de dollars. Plus précis, dans un entretien accordé au mensuel Echhab El Iktisadi pour son premier numéro, il a indiqué que pour parer aux effets de la Covid-19 et de la baisse
des prix du pétrole, conformément aux
instructions du Président de la République, Sonatrach a réduit ses dépenses d’investissement et de fonctionnement de 35%, dont 54% en devises. Elle prévoit de revoir son programme d’investissements en ne retenant que les prioritaires, ceux en particulier nécessaires au maintien du volume de production. Les projets moins prioritaires sont reportés. Dans ce programme, elle prévoit de réduire et de rationaliser ses coûts. Une direction dédiée à la rationalisation des dépenses a été créée à cet effet au sein de Sonatrach, a ajouté Toufik Hakkar. Ces efforts ont permis de réduire de 5 milliards de dollars les transferts de devises. Cela a été rendu possible par un recours plus accru à la production de biens et de services locaux qui a été rendue plus nécessaire avec le départ de la main-d’œuvre étrangère en raison de la Covid-19. Ce qui a entraîné des perturbations dans la réalisation de projets en cours de réalisation. Sonatrach s’attelle à réunir les conditions pour le retour de la main-d’œuvre étrangère employée par les sociétés de service. En dépit de toutes ces difficultés, Toufik Hakkar a indiqué que ce plan de réduction des coûts et de rationalisation des dépenses ne touchera pas aux salaires et primes des travailleurs de Sonatrach. Malgré ces pertes, et selon les premiers éléments d’un bilan provisoire, Sonatrach réalisera des bénéfices en 2020 quoique modestes. L’important, a-t-il souligné, est d’éviter des pertes considérables et de préserver les équilibres financiers à moyen terme. Concernant les importations de carburants et l’objectif de les supprimer en 2021, Sonatrach compte recourir à l’unification des variétés d’essences produites dans les raffineries avec élimination de l’essence avec plomb, a expliqué le PDG de Sonatrach. Il a indiqué que Sonatrach importe en moyenne pour environ 800 millions de dollars de carburants. Avec l’achèvement du programme de rénovation des raffineries de Skikda, Arzew et Alger, l’Algérie a actuellement une capacité de raffinage de 30 millions de tonnes/an. Ce programme de réhabilitation des installations a permis de disposer d’une production supplémentaire de 2 millions de tonnes de gasoil/an et 1,2 million de tonnes/an d’essence. Le premier responsable de Sonatrach a relevé que le parc automobile, au cours des dix dernières années, est passé de 3,5 à 6,5 millions de véhicules. Pour faire face à cette demande à moyen terme, Sonatrach appelle à une utilisation plus large du GPL carburant à travers la levée des contraintes, notamment réglementaires, et sa substitution à un horizon plus lointain par le gaz naturel carburant pour orienter le GPL vers son usage dans la pétrochimie. Sur le projet boosting phase III de Hassi R’Mel, visité récemment par le PDG de Sonatrach, il a indiqué qu’il vise à récupérer 400 milliards de mètres cubes supplémentaires en vue de maintenir la production de gaz du champ de Hassi pendant une période de 10 ans, soit, selon des chiffres donnés auparavant par Sonatrach, environ 60 milliards de mètres cubes/an. Il a ajouté que ce projet sera mis en service le premier trimestre 2021. <