La suspension, durant deux années, des activités du Palais des expositions des Pins-Maritimes de la Safex à cause de la pandémie de la Covid-19 a fait perdre 8 million de dollars à l’entreprise publique avec une moyenne de 4 millions de dollars par an, a affirmé, hier, le PDG de la Société algérienne d’exportation Ali Farah.

Par Sihem Bounabi
S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, Ali Farah a souligné que cette perte financière est également due à l’absence des exposants étrangers à cause de la suspension des différentes manifestations économiques internationales au niveau de la Safex. Ali Farah souligne également la réouverture officielle de ses portes aux salons et manifestations économiques, à l’occasion de la 5e édition du Salon international de la récupération et de la valorisation des déchets, depuis lundi dernier, dans le respect strict du protocole sanitaire. Il a ajouté que d’autres événements et salons internationaux seront organisés avec des participants internationaux du 7 novembre au 6 décembre prochains. Il précise qu’il s’agit de dix grands événements économiques internationaux qui se tiendront dont le grand Salon des matériaux de construction et des travaux publics «Batimatec» qui, d’ores et déjà, est marqué par une forte participation d’entreprises étrangères. Ce qui est de bon augure pour l’amélioration de la situation.
L’un des événements économiques les plus importants est l’organisation, sous le haut patronage du Président de la République Abdelmadjid Tebboune, est le Salon national de la production nationale du 16 au 25 décembre prochain. «C’est un événement très important qui mettra en exergue les potentialités des entreprises algériennes qui présenteront leurs productions avec pour objectif de répondre aux attentes des consommateurs algériens sur le marché national et également œuvrer à décrocher des partenariats pour l’exportation».
Ali Farah a, également, indiqué que la Foire internationale sera organisée au mois de juin avec les Etats-Unis en tant que pays invité d’honneur, ainsi que les participants internationaux habitués de cette manifestation qui existe depuis 1964.
Par ailleurs, dans le registre de la place de l’exportation des services dans le secteur économique algérien, Ali Farah a souligné que les portes ouvertes sur l’exportation de services, organisées par l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), qui se poursuivra jusqu’à mardi prochain, en coordination avec la Société algérienne d’exportation, visent «à encourager le secteur et à rechercher des moyens d’accéder aux marchés étrangers», ainsi que «d’encourager les concessionnaires économiques à améliorer la qualité de leurs services et à se familiariser avec l’orientation du marché mondial». Il ajoute que des entreprises de différents secteurs participent à ses portes ouvertes qui se tiennent au niveau de l’Agence nationale pour la promotion du commerce extérieur, à l’instar d’entreprises œuvrant dans les domaines de la numérisation, des communications et des médias, du BTP, des ressources en eau, des logiciels, des services logistiques, des transports, de tourisme, manutention, formation professionnelle, cinéma, enseignement supérieur et sports.
Il insiste sur le fait que «ces journées portes ouvertes sont ainsi l’occasion d’évaluer le secteur des services qui est un partenaire important pour soutenir et développer l’économie nationale». Il indique que les rencontres entre les différents participants seraient également l’occasion de créer un terrain et de rechercher des solutions pour un climat plus favorable pour le secteur des services et d’encourager les moyennes et petites entreprises à utiliser des technologies de pointe, en particulier les technologies de l’information, qui améliorent la productivité dans de nombreux services. n