Le secteur de l’Education nationale passe aujourd’hui sa première épreuve avec le déroulement de l’examen de fin de cycle primaire, la 5e. Un rendez-vous qui intervient au bout d’une année scolaire pas si sereine au vu des contestations menées notamment par les enseignants. Le rendez-vous sera suivi par les examens du BEM du 15 au 17 juin et du Baccalauréat du 20 au 24 du même mois.

PAR NAZIM BRAHIMI
Si l’examen de la 5e se tient en une seule journée et qui verra les candidats subir trois épreuves dans les matières principales (langue arabe, mathématiques et langue française), le nombre d’élèves attendus est très important. Plus de 853 000 se présenteront en effet dès 8H sur l’ensemble du territoire national.
L’Office national des examens et concours (Onec) a précisé dans ce sens que le nombre de candidats a atteint 853 391 candidats, dont 436 469 garçons et 416 922 filles, répartis sur 14 472 centres d’examen. Les candidats passeront les épreuves de langue arabe et de mathématiques dans la matinée, alors que l’épreuve de français aura lieu l’après-midi, selon le planning des examens de fin d’année scolaire 2020-2021.
L’Onec informe également que le compostage des copies se fera au niveau de 13 centres de collecte avant de les répartir sur 62 centres de correction qui débutera le 7 et se poursuivra jusqu’au17 juin. S’agissant de la précaution sanitaire due à la situation pandémique, le ministère de l’Education nationale, en coordination avec les autorités locales, a reconduit les mesures déjà en vigueur lors des examens de l’année précédente, marqués surtout par la suppression des épreuves de fin du cycle primaire et l’approbation du passage en classe supérieure en calculant la moyenne des premier et deuxième trimestres et en fixant la moyenne d’acceptation à 4,5 sur 10. Autrement dit, les épreuves d’aujourd’hui marqueront le retour de cet examen que la propagation de la pandémie avait «évacué» pour l’exercice 2019-2020, une mesure qui a fait couler beaucoup d’encre au sein de la corporation et de la société.
Pour ce rendez-vous, les corps de sécurité annoncent avoir pris les mesures nécessaires pour la sécurisation des établissements scolaires lors des épreuves. Ces mesures prévoient la mise en place de formations fixes et mobiles, l’intensification des patrouilles de contrôle et l’implication des formations aériennes en vue de faciliter le trafic routier notamment au niveau des axes menant aux centres d’examen, selon la Gendarmerie nationale.
«Les équipes de protection des mineurs accompagneront les candidats au niveau des accès aux centres d’examen d’autant que ce dernier se déroulera dans une conjoncture sanitaire exceptionnelle due à la pandémie du coronavirus (Covid-19), d’où la nécessité de poursuivre l’application du protocole sanitaire décidé par les pouvoirs publics», a ajouté la Gendarmerie nationale. Pour sa part, la Protection civile a mis en place un dispositif de prévention et de sécurisation pour les mêmes circonstances. Dans le cadre de ce dispositif, les services techniques de prévention de la Direction générale de la Protection civile ont effectué plusieurs visites au niveau de l’ensemble des établissements scolaires et centres d’examen réquisitionnés, pour veiller au respect des mesures de prévention et de sécurité liées à la pandémie du coronavirus (Covid-19). «Plusieurs opérations de désinfection ont été effectuées à travers 19 206 centres d’examen réquisitionnés pour accueillir les candidats, dont 13 341 pour l’examen de fin de cycle primaire (5e), 2 513 pour le Brevet d’enseignement moyen (BEM) et 3 352 pour le Baccalauréat, et 217 centres de correction», selon la Protection civile. <