Une délégation représentant l’Union nationale des chauffeurs de Taxi (UNCT), l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), présidée par le secrétaire général de la centrale syndicale de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a été reçue hier par le Secrétaire général du ministère des Travaux publics et des Transport. Une rencontre où il a été surtout question des nouvelles conditions de travail imposées aux taxieurs et dont certaines, jugées très contraignantes, ont poussé cette corporation à ne pas reprendre du service à partir du 15 juin courant comme prévu dans la deuxième phase de déconfinement. Les chauffeurs de taxi, dont le nombre s’élève à 166 000, demandent surtout à ce que les conditions de prise en charge d’un seul client par course, de l’installation d’un film plastique et de désinfection des sièges à chaque fin de courses, soient levées. Selon nos sources un compromis a été trouvé qui consiste en la levée des trois conditions citées ci-dessus. Mais à l’heure où nous mettions sous presse aucun communiqué n’est venu confirmer ce qui a été décidé à l’issue de cette rencontre. Le cas échéant, cela donnerait à croire que les taxieurs vont reprendre le chemin du travail aujourd’hui à leur grande satisfaction dont pour certains la reprise devenait capitale. En effet, après trois mois sans revenus, des charges fixes à honorer et autres dépenses incontournables, cela a fini par tarir leurs économies.
Du côté des organisations syndicales des transporteurs de voyageurs la hausse du prix du carburant n’a fait que réduire la marge bénéficiaire des taxieurs et des transporteurs. Devant cette situation, le secrétaire général du Syndicat national des chauffeurs de taxi et des transporteurs (SNTT), Aidrous Bouadjmi, a indiqué dernièrement qu’une étude est en cours concernant les impacts des dernières augmentations des prix du carburant pour la soumettre, la semaine prochaine, à la tutelle. Ajoutant que l’activité des transporteurs est à l’arrêt depuis mars dernier en raison de la suspension du transport urbain, suburbain et inter-wilaya, une situation qui a causé de grandes pertes. <