PAR MILINA KOUACI
Des enseignants contractuels ont observé, hier, un sit-in de protestation devant l’annexe du ministère de l’Education nationale à Alger pour réitérer leurs revendications. Ces enseignants ont appelé à l’intégration directe dans les postes vacants sans aucune condition.
Comme prévu, la Coordination nationale des enseignants contractuels a organisé, hier, un sit-in de protestation devant l’annexe du ministère de l’Education nationale afin d’exiger l’intégration dans les postes vacants sans devoir passer par un concours national de recrutement. Les protestataires ont scandé des slogans mettant en avant la «légitimité» de leurs revendications.
Outre l’intégration directe, ils revendiquent la priorisation des enseignants remplaçants dans le recrutement ainsi que la valorisation de l’expérience professionnelle.
Ils exigent de régulariser la situation des enseignants contractuels, comme font les autres secteurs de la Fonction publique qui ont procédé à l’intégration du personnel titulaire de diplômes recrutés dans le cadre du dispositif pré emploi. Pour eux, la tutelle fait appel annuellement aux enseignants contractuels pour pallier le manque d’effectif et garantir un encadrement pédagogique et une scolarité réussie dans le secteur de l’éducation. Cette corporation de 15 000 enseignants a appelé hier le président de la République et le ministère de l’Education nationale à statuer sur leur dossier et trouver une solution consensuelle, comme leur avait promis l’ancien responsable du secteur Mohamed Ouadjaout.