La Gendarmerie nationale a, depuis hier, un nouveau commandant en la personne du général Nouredine Gouassemia, nommé à ce poste en remplacement du général-major Abderrahmane Arrar, admis à la retraite.
Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, a nommé hier le général Nouredine Gouassemia au poste de commandant de la Gendarmerie nationale en remplacement du général-major Abderrahmane Arrar, admis à la retraite, a indiqué la présidence de la République dans un communiqué.
La même source a ajouté que le Président Tebboune a également nommé le général Ali Oulhadj Yahia au poste de chef d’état-major de la Gendarmerie nationale en remplacement du général Nouredine Gouassemia. Ce dernier occupait le poste de chef d’état-major de la Gendarmerie nationale depuis le mois de février dernier succédant au colonel Smaïl Serhoud.
Le nouveau commandant de la Gendarmerie, natif de Medaourouch (Souk Ahras), a eu sa formation de base en Algérie consolidée par des stages de perfectionnement à l’étranger. Il a été promu au grade de général en 2014 après avoir assuré plusieurs responsabilités au sein de la Gendarmerie nationale, corps de sécurité sous tutelle du ministère de la Défense nationale.
La cérémonie d’installation de M. Gouasmia dans ses nouvelles fonctions a été présidée par le Général de Corps d’armée Saïd Chanegriha, Chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, peut-on lire sur le site du ministère de la Défense nationale.
«Au nom de Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale et conformément au décret présidentiel du 30 juillet 2020, j’installe officiellement, le Général Noureddine Gouassemia en tant que Commandant de la Gendarmerie nationale en succession au Général-Major Abderrahmane Arrar», a déclaré M. Chanegriha. Ce dernier a prononcé, à cette occasion, une allocution d’orientation, qui a été diffusée via visioconférence à l’ensemble des Commandements régionaux et unités de la Gendarmerie nationale. «L’importance que nous portons au Corps de la Gendarmerie nationale est bien évidente. Une importance qui se manifeste notamment à travers le grand intérêt que nous accordons à réunir les conditions de développement de cette Arme, de manière continue, de sorte qu’elle puisse s’adapter aux missions particulières et sensibles qui lui sont assignées, et ce, en harmonie avec la détermination du Haut-commandement de l’ANP, digne héritière de l’ALN, à faire du Corps de la Gendarmerie nationale, en tant que l’une des principales composantes de nos Forces armées, un pilier de la sécurité et de la stabilité de notre pays», a-t-il dit. «Ce corps est également un trait d’union solide avec le peuple avec qui il entretient un contact quotidien de grande importance, notamment dans les zones rurales et suburbaines, où les hommes de la Gendarmerie nationale interagissent en permanence avec leurs concitoyens. Cette Arme se veut être, ainsi, un élément indispensable de la sécurité et de la stabilité, et un outil aussi utile qu’efficace, pour servir le pays et le citoyen et veiller en permanence à garantir le respect et l’application des lois de la République par tous», a ajouté M. Chanegriha.
Il a conclu en relevant «l’impératif de consentir des efforts laborieux et consciencieux, pour consolider en permanence les liens avec le peuple, à travers le territoire national», estimant que «gagner la confiance du peuple est à l’origine de l’aboutissement de votre travail…».