PAR INES DALI
Les agents recenseurs mobilisés par l’Office national des statistiques se rendent, dès aujourd’hui, dans les habitations des Algériens dans le cadre du très attendu 6e Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) qui prendra fin le 9 octobre prochain. Le but de cette opération d’envergure est d’avoir des statistiques fiables ou, du moins, qui se rapprochent le plus possible de la réalité. Le RGPH consiste, en effet, à collecter des données à caractère démographique ainsi que des informations permettant de faire une évaluation du parc logement national et des conditions d’habitation à travers le territoire national. Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés afin de réussir cette opération d’une importance certaine du fait qu’elle servira de base de données pour les prévisions d’ordre économique et social, le 6e GPRH étant un outil fiable dans la prise de décisions futures, en adéquation avec carte démographique du pays.
Ce recensement, qui connaît un certain retard car prévu initialement pour le premier semestre 2022, constitue une source précieuse d’informations pour actualiser les bases de données, ce qui permettra de prendre les «mesures nécessaires pour remédier aux insuffisances», mais aussi de mettre à profit «les capacités de chaque citoyen au service du développement» du pays.
Le RGPH est «un moyen privilégié permettant de disposer d’une riche base de données et des indicateurs socioéconomiques d’aide à la décision, permettant une meilleure prise en charge des besoins croissants de la population et une amélioration du service public», ont indiqué les services du Premier ministère le 15 septembre. Les données de ce recensement sont utilisées à plus d’un titre, à savoir «la mise en place, le suivi et l’évaluation des politiques publiques au niveau national et local, la mise à disposition du public d’informations statistiques actualisées dans les domaines socioéconomiques , fournir plusieurs indicateurs désagrégés au niveau au niveau géographique le plus fin, à l’effet de la comparabilité internationale, et l’évaluation des progrès accomplis par rapport aux engagements entrepris au niveau international».
Un tel recensement aide également, a-t-on ajouté, pour les besoins de recherche, d’études et d’analyses, ainsi que pour la mise en place d’une base de sondage pour toutes les enquêtes statistiques ultérieures auprès des ménages. D’où, l’actualisation des données est devenue plus que nécessaire.
Plus de 52.000 agents de recensement, plus de 8.000 surveillants et près de 3.000 sont mobilisés pour l’encadrement de cette opération, et un plan de communication a été mis en œuvre pour sensibiliser la population sur l’importance de cette opération stratégique, pour laquelle toutes les conditions nécessaires à son bon déroulement ont été réunies, a-t-on assuré. C’est la première fois, par ailleurs, qu’il y aura utilisation de tablettes lors des opérations de collecte de données et de surveillance, tout en recourant, dans des cas donnés, aux formulaires en papier.
Des sessions de formation ont été prévues au profit des agents recenseurs, et ce, à partir du début du mois. C’est ainsi que la première semaine a été consacrée au regroupement des superviseurs et formateurs des formateurs en présence des cadres de l’ONS, en charge de l’encadrement et du suivi sur le terrain de l’opération d’exécution en vue d’harmoniser la démarche et présenter les supports de formation. Après l’organisation au niveau des wilayas de sessions de formation pour former près de 8000 formateurs aux techniques de collecte, la même opération a eu lieu au niveau des communes, à avoir des sessions de formations assurées par les formateurs préalablement formés pour initier les agents recenseurs et contrôleurs aux techniques de remplissage des questionnaires et différents autres documents afférents.
Pour rappel, l’Algérie n’a pas effectué de recensement de la population depuis quatorze ans, alors que celui devrait, normalement, être effectué tous les dix ans. Les dernières données disponibles sur le nombre d’habitants sont celles de l’ONS. Ce dernier a indiqué que le nombre d’habitants de l’Algérie est passé à 44,6 millions au premier janvier 2021, contre 44,3 millions au premier juillet 2020. Le 5e RGPH a été effectué en avril 2008. Il faisait état d’une population de 34,8 millions d’habitants. n