Il sera important pour d’éventuels barrages des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 au Qatar que l’équipe nationale compte bien disputer. Afin de pouvoir recevoir lors du match « retour » qui concernent 10 postulants, il faudra faire partie des 5 meilleures sélections africaines du classement FIFA. Pour cela, réaliser de bons résultats d’ici octobre 2021, date de la fin de la première phase des qualifications, est primordial. Pour l’instant, l’EN est dans les bons clous. Elle devrait faire un bond de 4 places pour la mise à jour d’octobre et se retrouver à la 31e marche derrière le Sénégal et la Tunisie et devant le Nigéria qu’elle dépasse après la fenêtre internationale d’octobre.

Après avoir dominé les Nigérians (1/0) le 09 octobre dernier et s’être quittés, 4 jours plus tard, dos à dos (2/2) avec les Mexicains, les Fennecs se sont mesurés à deux adversaires qui font partie de la première catégorie de la hiérarchie établie par l’instance mondiale. Et ce via un système de calculs qui considère le niveau de l’adversité pour le coefficient des points engrangés.
Ainsi, les camarades de Riyad Mahrez grappilleront 4 marches pour se hisser à la 31e et dépasser les « Super Eagles » qui étaient devant eux (29es) avant cette date d’octobre FIFA. Aussi, le nul réalisé contre le Mexique aura son importance étant donné qu’« El Tri » se trouvait aux portes du « Top 10 » qu’elle devrait intégrer après avoir pris le meilleur sur les Pays-Bas (1/0) et accroché en échec l’Algérie.

La meilleure perf’ est encore loin
En tout cas, pour ce qui est d’ « El Khadra », il faut savoir qu’elle est sur une courbe exponentielle depuis la venue salvatrice du sélectionneur Djamel Belmadi. Ce dernier l’avait reprise à la 66e place. 15 victoires, 6 nuls, une petite défaite et un sensationnel sacre lors de la CAN-2019 plus tard, Ismaël Bennacer & cie se retrouvent proches du « Top 30 » dans lequel ils n’ont pas figuré depuis 2016 et le passage de Christian Gourcuff.
Cependant, forts d’une série d’invincibilité de 19 rencontres, on pense que les Champions d’Afrique ne se contenteront pas de cette progression significative. Surtout que leur driver maintient constamment son niveau d’exigence pour motiver ses poulains et en tirer la quintessence. L’objectif sera, bien évidemment et même si l’entraîneur ne le dit pas, d’égaler, voire dépasser, cette historique 15e place que l’équipe avait atteinte sous les ordres de Vahid Halilhodzic après… une historique qualification en 1/8 de finale du Mondial 2014 au Brésil.

Vital pour les barrages
Pour être dans les 20 meilleurs teams au monde, disputer la messe universelle est recommandé. Et pour pouvoir jouer cette épreuve de prestige, il y a obligation de mettre toutes ses chances de son côté pour s’y qualifier. Dans cette optique, il y a une première étape qui consiste à passer les poules. Un objectif qui semble être dans les cordes de nos Dz puisqu’ils joueront dans le groupe « A » en compagnie du Burkina Faso, Niger et Djibouti.
A partir de là, c’est la seconde phase, les matchs d’appui, qui s’annonce plus compliquée avec une forte éventualité d’affronter les ténors du continent. La posture la plus favorable est de recevoir dans la double confrontation pour le match II. Privilège qu’auront les candidats figurant dans le « Top 5 » de la zone CAF seulement. Certes, le classement FIFA a souvent été considéré comme non-significatif. Mais, sur ce coup, il sera décisif. Les Guerriers du Désert le savent. n