Le premier chef de gouvernement sous la première présidence de Bouteflika – 15 décembre 1998 au 23 décembre 1999 – Smaïl Hamdani, est décédé dans la nuit de lundi à mardi l’âge de 86 ans à l’hôpital militaire Mohamed-Seghir Nekkache, Aïn Naâdja, selon un communiqué de sa famille transmis à l’APS hier.


Il sera inhumé aujourd’hui au cimetière d’El-Alia, à Alger, après la prière de Dohr. Le défunt, né le 11 mars 1930 à Bordj Bou Arréridj, a une riche carrière dans les hautes fonctions de l’Etat, depuis la naissance de la République. Depuis 1962, il a été conseiller juridique du ministre de l’Information (1962-1963), secrétaire général du gouvernement (1977-1979), conseiller à la présidence de la République (1980-1983), avant d’embrasser un chapitre diplomatique en devenant ambassadeur auprès du Danemark, de la Norvège et de la Finlande (1983-1984), en Espagne (1984-1985) et en France de 1989 à 1992. D’ailleurs, feu Smaïl Hamdani a été président de l’Association algérienne des relations internationales (AARI). Dès l’annonce de sa disparition, le président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah a adressé un message de condoléances à la famille du défunt dans lequel il l’a qualifié de « modèle de dévouement à la patrie ».
« Le défunt a occupé plusieurs hautes responsabilités avec mérite et humilité, il était un modèle de dévouement à la patrie. Tous ceux qui l’ont connu se souviendront d’un intellectuel et d’un responsable consciencieux au riche parcours », a écrit M. Bensalah dans son message. Un hommage a également été rendu à l’homme politique par le président de l’Assemblée populaire nationale (APN) Mohamed Larbi Ould Khelifa, le présentant comme un « exemple de probité et de loyauté envers la patrie ». M. Ould Khelifa a affirmé que le parcours militant du regretté « témoigne de sa sincérité et de son dévouement au service de la patrie à différents postes de responsabilité qu’il a assumés notamment en qualité de conseiller à la présidence de la République puis en tant que chef du gouvernement ».