C’est ce mercredi que la 27e session ordinaire du Conseil national des assurances (CNA) se tiendra au siège du ministère des Finances.

Selon une information diffusée par le site du Conseil, toutes les compagnies d’assurance sont conviées à cette rencontre annuelle. Aucun autre détail n’est divulgué sur la réunion.

Mais les dirigeants des compagnies ne seraient pas étonnés si le ministre leur inculque les orientations du gouvernement visant à les impliquer davantage dans le financement de l’économie. Une politique adoptée d’ailleurs par le prédécesseur de Baba Ammi, Abderahmane Benkhalfa. Les deux ministres ont aussi nourri le projet de parvenir à la solvabilité des compagnies d’assurance qui est toujours menacée. C’est dans ce contexte que l’autorité de contrôle est appelée à jouer son rôle pour éviter un effondrement du secteur. Même Baba Ammi a évoqué, l’année dernière, la question du sous-approvisionnement dans le secteur des assurances. Le ministre des Finances a reconnu que certaines compagnies d’assurances minorent le coût moyen qui permet de constituer les provisions. Même si la plupart des compagnies d’assurances respectent la règle du coût moyen qui permet de couvrir un éventuel sinistre, le ministre a précisé qu’il y a d’autres compagnies d’assurances qui ne respectent pas cette obligation de constituer des provisions selon le coût moyen réel. Ce sont ces compagnies, a-t-il ajouté, qui auront éventuellement des problèmes.
Les sociétés d’assurances concernées sont sous la supervision de la commission des assurances, a-t-il indiqué, ajoutant que son département s’attelle progressivement à régler cette question et pour éviter qu’il y ait un dumping en matière de coût d’assurance. Pour le ministre des Finances, c’est dans l’intérêt des compagnies d’assurances d’adopter un coût moyen qui leur permet de répondre à un sinistre éventuel. Il reste à savoir si ces orientations seront respectées. Le ministre aura à le vérifier dès mercredi lors de la réunion du CNA qui est le cadre de concertation entre les diverses parties impliquées dans l’activité d’assurance et de réassurance du marché national. L’autorité sectorielle, les assurés, les assureurs et intermédiaires d’assurance ainsi que le personnel exerçant dans le secteur seront présents. Le CNA est aussi l’organe consultatif des pouvoirs publics pour tout ce qui se rapporte à la situation, l’organisation et au développement de l’activité d’assurance et de réassurance. La liste des membres du Conseil national des assurances comprend, entre autres, le Directeur général du Trésor, le président de la Commission de supervision des assurances (CSA), deux fonctions assumées auparavant par Baba Ammi Hadji avant d’être promu ministre délégué auprès du ministre des Finances chargé du Budget et de la Prospective dans le précédent gouvernement. Le CNA est présidé par le ministre des Finances. A titre d’exemple, Hadji Baba Ammi, a déjà représenté le ministre des Finances dans des réunions antérieures. Il avait même redéfini l’organisation et les orientations des activités du Conseil dans un nouveau plan débutant en 2009 et s’achevant en 2013.