Le maître britannique du roman d’espionnage John Le Carré (David Cornwell, de son nom véritable) est décédé à l’âge de 89 ans d’une pneumonie, a annoncé son agent dimanche. “C’est avec une grande tristesse que je dois annoncer que David Cornwell, connu dans le monde sous le nom de John le Carré, est décédé après une courte maladie (non liée au Covid-19) en Cornouailles samedi soir, le 12 décembre 2020. Il avait 89 ans. Nos pensées vont à ses quatre fils, à leurs familles et à sa chère épouse, Jane“, a indiqué Jonny Geller, PDG du groupe Curtis Brown, agence artistique basée à Londres. “Nous avons perdu une grande figure de la littérature anglaise“, a-t-il ajouté, louant son “grand esprit“, sa “gentillesse“, son “humour” et son “intelligence“. “C’est avec une grande tristesse que nous devons confirmer que David Cornwell – John le Carré – est décédé d’une pneumonie samedi soir après une courte bataille contre la maladie“, a confirmé sa famille dans un message relayé par son agent.

Extrait du passage de John Le Carré dans une émission littéraire de la télévision française “Apostrophes”. C’était en 1989

John Le Carré avait accédé à un succès international après la parution de son troisième roman, “L’Espion qui venait du froid” (1964), qu’il écrivit à 30 ans, “mangé par l’ennui” que ses activités de diplomate à l’ambassade britannique de Bonn en Allemagne lui procuraient. Le roman, vendu à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde, raconte l’histoire d’Alec Leamas, un agent double britannique, passé en Allemagne de l’Est. Son adaptation au grand écran, avec Richard Burton dans le rôle titre, marque le début d’une longue collaboration avec le cinéma et la télévision. La carrière de John le Carré comme agent secret avait été ruinée par l’agent double britannique Kim Philby qui avait révélé la couverture de nombreux de ses compatriotes au KGB. John Le Carré avait alors dû démissionner du MI6.