Les choses sérieuses commencent au Front de libération nationale (FLN) et son patron, Djamel Ould Abbès, qui enchaîne les activités, surtout en relation directe avec les prochaines élections législatives. 

Après avoir pris tout le temps d’écouter les parties indésirables au vieux Front sous le règne de son prédécesseur Amar Saâdani, le secrétaire général du FLN descend désormais sur le terrain pour mobiliser ses troupes et faire appliquer son instruction n° 2 qui semble être une feuille de route pour gagner les élections du printemps prochain, et ce, pour conserver la place de son parti en tant que première force politique présente au niveau des assemblées élues. Ould Abbès sera aujourd’hui à Blida où il présidera la séance d’installation de la commission de wilaya de préparation des élections. Mais, bien avant, il inaugurera le siège de la mouhafadha au niveau de la commune de Boufarik. Après-demain, samedi, le locataire du siège de Hydra ira à Tipaza où il procèdera à l’installation de la même commission de wilaya de préparation des élections législatives. Des activités, bien que protocolaires, mais à travers lesquelles le patron du FLN semble vouloir montrer l’exemple à ses responsables locaux pour la ferme application de la dernière instruction et qu’il ne faut pas perdre de temps.
L’opération d’installation des commissions a été lancée le 16 janvier dernier et devra concerner les 120 mouhafadhas et instances transitoires du parti. Commence alors le dépôt des candidatures au niveau local, et ce, jusqu’au 30 du mois en cours. Les commissions dont les membres n’auront pas le droit de se porter candidats aux élections s’occuperont de « la collecte des dossiers et du tri préliminaire, avant de les envoyer sans classement au secrétaire général du parti », indique, pour rappel, l’instruction d’Ould Abbès.
Ce sera par la suite, à lui d’en valider et la liste et le classement. « La validation définitive des listes ainsi que le classement des candidats se feront entre le 7 février et le 27 du même moi au niveau central ». Le secrétaire général du FLN a donc fixé les priorités, puisqu’il n’est plus question que de préparation des élections. Toutes les autres questions sont d’ailleurs renvoyées au lendemain de ces joutes électorales, comme l’a affirmé samedi dernier à l’occasion d’une rencontre qu’il a tenue avec ses mouhafedhs au siège du parti à Alger. « Tous les problèmes organiques seront réglés après les élections », a déclaré Ould Abbès, tout en renouvelant sa confiance à ses 120 lieutenants.
« Quant à vous, vous avez tout mon soutien et le soutien de la direction nationale du parti », a-t-il dit, tout en avouant avoir pourtant « reçu 220 militants venus de 22 wilayas pour exposer des problèmes internes ». C’est dire de l’ampleur de la crise au sein de la base et le patron du FLN sait pertinemment que s’il se mettait à régler les problèmes, il touchera presque la moitié des wilayas. Ce qui déstabilisera la base et compromettra les chances du parti de remporter les prochaines législatives. Enfin, dans la sortie de terrain du successeur de Saâdani, des messages d’ignorance à l’adresse des opposants qui refusent de rentrer dans sa feuille de route. L’on parle surtout du groupe d’Abderrahmane Belayat qui se considère toujours comme étant coordinateur du Bureau politique. « Rien n’a été réglé et nous ne nous sommes mis d’accord sur rien du tout », ne cesse de répéter Belayat qui menace «d’élaborer des listes parallèles à celles du parti ».