Avant-hier, en conférence de presse, Djamel Belmadi s’est longtemps exprimé au sujet des footballeurs binationaux susceptibles de rejoindre les Verts. Ainsi, au moment d’évoquer l’approche à adopter dans ce dossier, il a illustré avec la communication «radicale» prônée par Vahid Halilhodzic pour le cas Brahim Diaz (Maroc). Par ailleurs, le driver des Verts a saisi l’occasion pour montrer son soutien au technicien Bosnien licencié après avoir qualifié le Maroc en Coupe du Monde 2022. Face aux questions incessantes sur les Amine Gouiri et compagnie, Djamel Belmadi ferait bien comme Halilhodzic. Et ce pour tuer toutes les spéculations dans l’œuf. Cependant, ne voulant pas porter préjudice à ces footballeurs indécis, il préfère, pour sa part, être plus patient et prudent. «Je tire mon chapeau à Vahid Halilodzic qui a eu des affaires classées en 4 secondes avec Brahim Diaz. Il a juste informé que le joueur ne voulait pas venir et c’était terminé», a lâché le coach des Fennecs.

« Je le soutiens »
Dans la foulée, Belmadi fait constater que V.H n’ira malheureusement pas en Coupe du Monde au Qatar avec les Lions de l’Atlas. « Je le soutiens parce que je sais qu’il ne fera pas le Mondial après avoir qualifié son équipe », témoigne le chef de la barre technique des Verts. Pour rappel, c’est la troisième fois que coach Vahid assure la présence d’une sélection au Mondial sans pouvoir avoir l’honneur d’être sur le banc. Avant de voir les Marocains le larguer, les Ivoiriens (2010) puis les Japonais (2018) avaient mis fin à la collaboration avec Halilhodzic juste avant la compétition planétaire. Seule l’Algérie (2014) avait permis au technicien, qui reste sur quatre qualifications de suite au rendez-vous quadriennal, de prendre part au prestigieux tournoi. n