Il est en train de se construire un impressionnant palmarès d’entraîneur. On ne sait pas combien de personnes auraient misé sur une reconversion aussi réussie au coaching. Mais Zinedine Zidane continue d’écrire sa propre histoire avec le Real.

En décrochant la Coupe du Monde des clubs Fifa 2017 samedi soir face à Grêmio (1/0), son huitième titre depuis qu’il a été désigné comme entraîneur du club, il est devenu le 2e technicien le plus titré de l’histoire de la « Casa Blanca ». Devant, on retrouve Miguel Muñoz avec 14 sacres sur le banc des « Merengues ». À ce rythme, « Zizou » pourrait (devrait) le dépasser.

Un meneur d’hommes, un catalyseur d’égos mais –surtout- un vrai gagneur. Zinedine Zidane ne cesse d’impressionner et d’empiler les consécrations avec le club de la capitale espagnole. Peut-être qu’on est tout simplement en train de voir le driver le plus prolifique de l’histoire du Real à l’œuvre. En deux ans, l’ancien international français a fait plus de la moitié du chemin dans la hiérarchie des coachs distingués avec l’écurie madrilène en pointant à 6 longueurs de Miguel Muñoz qui a ajouté 14 coupes (9 Liga, 2 Coupes d’Europe des clubs champions, 2 Coupes d’Espagne et 1 Coupe Intercontinentale). Sauf que l’Espagnol a passé 14 ans au poste.
Quant à ZZ, deux ans ont suffi pour empiler les huit distinctions. Une domination tentaculaire sur le plan local, européen et universel. Rien ne lui résiste. Derrière, le natif de Marseille a largué le non moins légendaire Vincente del Bosque et Luis Molowny  (7 couronnes chacun). Concernant le premier nommé, le champion du Monde avec la France en 1998 dira qu’i «il a été mon entraîneur, et je le respecte beaucoup. Je suis heureux d’avoir gagné autant de titres que lui, tout ce que je souhaite c’est continuer ainsi et féliciter les joueurs pour ce qu’ils ont réussi à faire, parce que ce n’est jamais facile.»

Sextuplé, le défi « último »
Après avoir signé un triplé pour sa première année en boss du staff technique, Zidane a décroché un quintuplé (record du club) pour sa seconde. Désormais, il ne pourra faire mieux qu’un sextuplé pour confirmer la progression. Un défi très dur à relever mais qui permettrait à celui qui est devenu le premier à faire un doublé dans le Mondial des clubs d’imiter Pep Guardiola et le rival FC Barcelone lors de la saison 2008-2009. 
« On espère le faire, on a décroché notre troisième titre cette saison, le cinquième de l’année, et c’était important pour nous. On va continuer. On doit profiter de ce trophée, se reposer et penser à la suite de la saison », a déclaré Zidane après le triomphe à Abu Dhabi qui lui a, justement, permis d’égaler le nombre de succès (3) des Barcelonais dans cette compétition dans sa nouvelle appellation. Aussi, en jumelant les victoires finales en Coupe Intercontinentale et Coupe du Monde des Clubs Fifa, le Real est loin devant avec 7 couronnements. Pour résumer le tout, il dira que l’épopée émiratie « est un très bon moment pour le Real Madrid. Ce que nous faisons est très important. Je pense que l’équilibre est très bon. Je dois féliciter les joueurs parce que ce qu’ils font n’est pas facile ».
CR7, le Monsieur plus Samedi, en finale contre les Brésilien de Grêmio Porto Alegre, l’équipe 12 fois championne d’Europe s’en est, encore une fois, remise à sa star Cristiano Ronaldo. Le Portugais était le seul et unique buteur de la partie. Un coup franc à la 53e minute venu perforer le mur adverse et finir sa course au fond des filets. CR7 a mis son empreinte dans ce tournoi en inscrivant deux réalisations en 2 rencontres. Ce qui porte son total à 7 unités en 4 participations (1 avec Manchester United et 3 avec le Real) le plaçant à la tête des buteurs historiques toutes séquences confondues.
Le numéro 7 répond souvent présent lors des grands rendez-vous. Zidane n’a pas manqué de le souligner : « Il est là, il n’échouera jamais, il est toujours là dans les moments clés », a-t-il admiré. Une providence sur laquelle le onze s’appuie depuis longtemps. Cependant, il faudra aussi noter les grandes prestations de Luka Modric élu meilleur joueur de la compétition (Golden ball) devant le Lusitanien (Silver ball) et l’Uruguayen Jonathan Urretaviscaya (Bronze Ball) du FC Pachuca (Mexique). Ce dernier a terminé 3e du tournoi après avoir remporté la petite finale (1/4) contre les locaux d’Al-Jazira. L’avenir avec ou sans le natif de Madère, Zidane a donné son point de vue en toute lucidité : « Le fait que Cristiano Ronaldo puisse prolonger avec le Real Madrid ? Bien sûr, mais le moment venu. Pour nous, il est primordial que Cristiano reste. Il est chez lui ici et personne n’arrive à faire ce qu’il fait, donc on espère qu’il restera ici jusqu’à la retraite.» Après avoir mis le monde à leurs pieds, les coéquipiers de Karim Benzema doivent maintenant se remettre à l’heure ibérique. Dès samedi prochain, ils auront un autre match aux allures de couperet. Et ça sera face à l’ennemi juré : le FC Barcelone samedi à 13h00 au stade Santiago Bernabeu. Ça s’annonce caliente!