Roger Federer et Rafael Nadal ne sont plus seuls au sommet du tennis. Novak Djokovic (34 ans) les a rejoints hier en remportant son 20e grand chelem en carrière. Le Serbe a triomphé à Wimbledon pour la
6e fois, la 3e de suite, en battant l’Italien Matteo Berrettini en finale 3 sets à 1 (6-7/6-4/6-4/6-3).

Par Mohamed Touileb
Après l’Open d’Australie et de Roland Garros cette saison, Djokovic s’est adjugé Wimbledon pour continuer sa quête du «Golden Grand Slam year» et gagner les 4 Grands Tournois la même année. En 2015, il avait frôlé cet exploit. Il ne lui manquait que les Internationaux de France, dont il avait perdu la finale, pour signer cette perf’ remarquable et inédite dans l’ère Open. Auparavant, Rod Laver avait cumulé les 4 cuvées en 1969. C’était une autre époque.
En mai dernier, après sa consécration à Porte d’Auteuil, il avait la ferme intention d’enchaîner avec une victoire à Wimbledon. «J’ai réussi énormément de choses que beaucoup pensaient impossible, donc pourquoi pas. Je vais viser le titre à Wimbledon, à l’US Open et aux Jeux olympiques. Ce sont les trois plus gros objectifs de la saison pour moi et je suis en très bonne position», avait-il annoncé. Et il ne pensait pas si bien dire.

Plus fort que Rafa et RF ?
Moins de deux mois après, il a dégusté l’herbe du Center Court. En l’absence de Nadal (forfait) et avec l’élimination de Roger Federer en quarts, on voyait mal qui pouvait arrêter «Nolé» dans sa démarche ferme vers son 20e titre majeur.
Il a encore prouvé qu’il peut pratiquer un superbe tennis et l’adapter aux 4 surfaces.
Toujours aussi dominant dans les échanges, il donne l’impression d’être injouable. Que ce soit face à la «Next Gen» ou ses deux rivaux «Rafa» et «RF», le natif de Belgrade (Serbie) prouve qu’il a un ascendant certain sur le plan tennistique. Une marge qui devrait lui permettre de devenir le tennisman le plus titré de tous les temps. Vraisemblablement. On ne voit pas ce qui pourrait l’en empêcher. <