C’est une équipe nationale complètement à la dérive que Djamel Belmadi a reprise en juillet 2018. 34 matchs après, l’Algérie a remporté une CAN (2019) en alignant une incroyable série de 31 matchs sans défaite. Ce que l’EN est en train d’accomplir sous la houlette de l’ancien driver d’Al-Duhail SC est tout simplement remarquable. Décryptage d’un bilan pour le moins impressionnant.

Par Mohamed Touileb
Après s’être posé sur le toit de l’Afrique, les « Fennecs » ont su préserver leur dynamique. Cela a pu être possible grâce au management génial du sélectionneur. Belmadi a toujours su placer la barre d’exigences plus haut afin de tirer la quintessence de son groupe. Un commando qu’il a voulu extrêmement restreint en y installant une concurrence saine loin de la starification et le vedettariat.
Cette approche footballistique a permis à « El-khadra » de devenir l’équipe fantastique qu’elle est aujourd’hui. Malgré quelques péripéties, notamment à l’extérieur en sorties officielles, et des prestations en demi-teinte, les coéquipiers de Riyad Mahrez refusent catégoriquement de sortir perdants de leurs empoignades.

Meilleur que Halilhodzic et Gourcuff
Le Bilan sous la houlette du successeur de Rabah Madjer est implacable : une seule petite défaite contre 25 victoires et 8 nuls. Pour faire simple : aucun autre technicien ayant dirigé plus de 10 matchs avec l’Algérie n’a pu faire mieux en termes de ratio.
Pas même Vahid Halihodzic (30 matchs/60%) et Christian Gourcuff (21 matchs/61.90%) qui ont eu des longévités conséquentes avec une génération de footballeur à grand potentiel. A 45 ans, l’ancien meneur de jeu de l’Olympique Marseille et des « Verts » impressionne. Sa recette est efficace pour l’instant. Mardi, en déplacement au Niger, il a même pu renouer avec le succès (0-4) à l’extérieur en rencontres officielles après trois tentatives échouées au Zimbabwe (2-2), Zambie (3-3) et au Maroc contre le Burkina Faso le 07 septembre dernier. On craignait que l’EN eût perdu sa faculté à l’emporter loin de ses bases mais cette performance est venue rassurer nombreux Algériens.

L’Algérie toujours d’attaque
Pour parvenir à glaner les trois points, Belmadi a aligné une équipe très offensive avec la doublette Bounedjah-Slimani qui a débuté. Clairement, celui qui a été élu meilleur entraîneur africain en 2019 aime que son équipe soit dans l’action. Et c’est très rare de la voir mener au score (4 fois seulement) depuis qu’il a été désigné au poste.
Aussi, Bennacer et ses compères marquent beaucoup depuis qu’il les coache. C’est tout de même 84 buts inscrits pour 24 concédés en 34 tests. Avec 19 réalisations, les champions d’Afrique sont la meilleure attaque des éliminatoires après 4 rounds seulement. Ils ont déjà réalisé la meilleure moisson jamais atteinte en campagne de qualification. C’est clair, avec Belmadi, les Verts sont d’attaque et son bilan reste la plus fiable des défenses pour lui épargner les critiques et faire taire les détracteurs. Après tout, en a-t-il vraiment ?