Olivier Giroud se lâche. S’il réalise un départ plus que correct avec son nouveau club depuis l’été dernier, l’AC Milan, avec 4 buts inscrits en 11 rencontres disputées toutes compétitions confondues, le nouveau numéro 9 des Rossoneri n’a plus goûté aux joies de l’équipe de France depuis l’Euro 2020. Comme il l’a déjà confié à maintes reprises, le buteur de 35 ans n’a néanmoins pas dit adieu aux Bleus, loin de là, gardant toujours dans un coin de la tête le record de buts en sélection détenu par Thierry Henry (51 buts, contre 46 pour lui).
Pourtant, les choses se sont compliquées pour lui. S’il était un titulaire quasi indiscutable ces dernières années aux yeux de Didier Deschamps, Olivier Giroud a vu son statut se fragiliser avec le retour fracassant de Karim Benzema (33 ans) chez les champions du monde en titre. L’ancien attaquant de Montpellier, d’Arsenal ou encore de Chelsea, déjà très présent médiatiquement ces dernières semaines, a poursuivi sur sa lancée ce vendredi en accordant un entretien à L’Equipe. Et il a justement évoqué le retour de l’avant-centre du Real Madrid en sélection.

Un retour qui «a déséquilibré» les Bleus
D’après l’attaquant milanais, qui a joué la carte de l’honnêteté sur ce coup là, l’intégration de Karim Benzema a quelque peu rouillé le collectif bien huilé des Bleus. «Ce rappel a créé un déséquilibre tactique au niveau de l’équipe et dans notre façon de jouer. Je le dis avec franchise, et sans rien contre Karim. Il s’est passé beaucoup de choses malgré lui. On l’a bien remarqué sur certains matches. […] Malgré lui, Karim a bouleversé rapidement notre façon de jouer qui était bien établie avec certains profils offensifs depuis cinq ans. La mayonnaise ne pouvait pas prendre du jour au lendemain surtout avant une compétition comme l’Euro. Il y a des affinités et des repères tactiques à trouver. On n’a pas le même profil non plus.»
En lisant entre les lignes, on peut comprendre que le retour de KB9 serait donc, indirectement et involontairement, lié à l’échec de l’équipe de France à l’Euro 2020 (élimination aux tirs au but contre la Suisse en 8èmes de finale). Giroud, qui avait passé la dernière édition du championnat d’Europe des nations cantonné à un rôle de doublure de Benzema, a toutefois précisé que les Bleus ont pu «pallier ce problème d’adaptation tactique bien après», comme observé lors de la Ligue des nations (victoire en finale contre l’Espagne, 2-1), mais qu’«il a fallu du temps».
En attendant de savoir s’il pourra un jour ou l’autre porter à nouveau le maillot frappé du Coq auréolé de deux étoiles, Olivier Giroud continuera de suivre avec attention les performances des Bleus et de Karim Benzema donc, le tout sans «aucune amertume», comme il l’assure au quotidien sportif.