Le sélectionneur national Djamel Belmadi avait annoncé qu’il y avait des places à prendre. Pour la liste de la date FIFA de mars, on a enregistré des revenants, à l’instar de Soudani et Ghezzal. Ce dernier s’est vu offrir une opportunité qu’il n’a pas manqué de saisir face à la Zambie. En une mi-temps et avant de se blesser, le frère cadet d’Abdelkader a eu le temps de délivrer une passe décisive et marquer un but. Une copie qui devrait lui permettre d’avoir une place dans les papiers du driver de l’EN à l’avenir.

Par Mohamed Touileb
Tranchant, explosif et clinique, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier la prestation de Rachid Ghezzal contre les Zambiens. Si les Verts ont pu décanter la situation et breaker au bout de 25 minutes de jeu, c’est en grande partie grâce à lui car il était impliqué, d’une manière directe, sur les deux réalisations.

Maudite cheville !
Avant de débarquer au stage, le sociétaire du Beşiktaş JK affichait une belle forme. Il avait compilé 13 offrandes avec la formation turque depuis l’entame de la saison en cours. Pour une fois, l’ancien sociétaire de Leicester City a pu transposer ses performances en club sur la sélection. Buteur puis passeur décisif sur un raide solitaire, le joueur qui fêtera ses 29 ans le 09 mai prochain a marqué les esprits. Seule tache dans sa soirée: la sortie sur blessure à la mi-temps. Peu importe, avant ce contretemps physique, il avait fait l’étalage de son talent sur le côté droit de l’attaque de l’EN. Une prestation qui ne peut que lui garantir d’être reconvoqué en juin prochain.
Sa réputation de passeur, il l’a confirmée lors de cette explication face aux Chipolopolos. Pour le break des Verts, il avait tout fait tout seul avant d’assister Islam Slimani. Une bonne lecture du jeu, le sens d’anticipation, de la promptitude et la rapidité dans l’exécution, tout a été compilé dans cette action.

Maturité footballistique
Lors de ses 18 premières sélections avec l’Algérie, il n’avait pas montré grand-chose. Une offrande, un but et puis c’est tout. Pour son retour après deux années et demie, Ghezzal (28 ans) a donné l’impression qu’il a mûri. Conscient que la chance pouvait ne pas se représenter, il l’a saisie quand le sélectionneur Djamel Belmadi a décidé de le titulariser à son poste de prédilection pour ce déplacement à Lusaka. L’ailier avait déjà affiché sa détermination pour ne pas se rater et bondir sur la chance : « moi sur le plan personnel, je vais donner le maximum si je suis incorporé. En tous cas, tous les joueurs espèrent jouer, j’aimerais, bien évidemment, jouer aussi, mais je suis vraiment très satisfait d’être rappelé à nouveau.» Au final, il a joué. Très bien joué même. Sa présence était déterminante. Faisant même oublier l’absence du capitaine et leader technique Riyad Mahrez en attaque.

Retour à Istanbul
Le dribble, la pâte gauche et la vista, tout ça Ghezzal l’a. Malheureusement, il n’a pas pu être là au retour des vestiaires car son pied s’était bloqué au sol lors d’un duel à la 41e minute. Une petite torsion au niveau de la cheville était visible sur les images.
Avant de faire des examens approfondis, le staff technique a préféré opter pour la prudence afin de ne prendre aucun risque d’aggraver la blessure. D’autant plus que l’ex « Gone » est un joueur important pour son club engagé dans la lutte pour le doublé en Turquie. Malgré cette tuile, le moral de Rachid devrait être au top car il sait pertinemment qu’il a réussi son examen footballistique.