Jeudi, son coéquipier à Liverpool FC, Virgil Van Dijk, a été sacré Meilleur joueur UEFA de la saison devenant le premier défenseur à remporter la distinction individuelle. Jusque-là tout est normal parce que le Néerlandais a été époustouflant sur la saison. Toutefois, lors du gala organisé à Monaco, Sadio Mané a été «royalement» zappé en Principauté. Vivement contestable !

Peut-être que beaucoup penseront que c’est anecdotique mais le lèse est là. Pour un footballeur majestueux. Et on pèse les mots. On a beau chercher pourquoi Mané n’a même pas eu le moindre trophée. Ne serait-ce que celui du meilleur milieu de terrain ou attaquant UEFA de l’année pour tout ce qu’il a pu accomplir lors de l’exercice écoulé. Et ce, même s’il faut reconnaître que pour la distinction du «meilleur attaquant», Lionel Messi a été bien plus productif. Pour rappel, l’Argentin a fini «Pichichi» en Liga espagnole avec 36 réalisations contre 22 pour Sadio en Premier League où il a été distingué en compagnie de son coéquipier chez les «Reds», Mohamed Salah, et Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal FC).
Mais ce n’est pas tout puisque le Sénégalais a aussi brillé en Ligue des Champions UEFA qu’il a remportée en trouvant la faille 4 fois et distillant une passe décisive. Il a d’ailleurs provoqué le penalty qui a décanté la situation en finale contre Tottenham Hotspurs (2/0). Certes, statistiquement, c’est loin des 10 pions qu’il avait mis lors de l’édition 2017-2018 mais, dans le jeu, il aura été un élément très important. Et il a contribué, de manière très significative, au retour des Liverpuldiens sur le sommet européen après 14 ans d’absence.
Honneur à la défense
Malheureusement, dans le «foot business», beaucoup de paramètres entrent en jeu. Notamment les chiffres et l’aspect marketing des différentes récompenses. Van Dijk, qui est un excellent défenseur, certainement le meilleur à son poste actuellement, a été sacré parce que tout au long des différentes compétitions, on avait répété, telle une rengaine, qu’aucun joueur n’a pu le dribbler. Oui, le longiligne central a un sens de l’interception et des relances, courtes comme longues, qui sont d’une qualité indéniable. Il reste que son avènement était un peu celui de cassage de routine. Briser la dominance des faiseurs de jeu et du spectacle pour primer la vocation défensive.
Le lauréat du graal, qui a succédé à Luka Modrić, a déclaré : «d’abord, je dois remercier tous mes coéquipiers. Sans eux, sans l’équipe, sans le staff, on n’aurait pas réussi tout ça. Je pense à ma famille évidemment. Cela a été un long chemin. Je ne suis pas un jeune joueur, j’ai pris mon temps, j’ai profité de chaque étape. Je suis très fier d’obtenir ce trophée. Merci à tous ceux qui m’ont aidé.» Très collectif.

L’humilité de Mané
Il faut savoir qu’un jury composé de 80 entraîneurs de clubs recensés lors de la précédente phase de poules de la Ligue des champions (32) et de la Ligue Europa (48), ainsi que 55 journalistes désignés par ESM représentant chacune des associations affiliées à l’UEFA, avaient exprimé ses votes. Mané a même été dépassé, dans le dernier écrémage pour dégager le «Top 3», par le portier Alisson Becker (57 points) qui avait dépassé le capitaine des «Lions de la Téranga» qui a terminé 5e du concours (51 points) devant Mohamed Salah (Egypte) avec 49 unités.
Pas de quoi frustrer le numéro 10 du vice-champion d’Afrique qui a tenu à féliciter son compères Van Dijk sur Instagram : «Bien joué mon gars. Toute l’équipe est fière de toi. C’est vraiment mérité. Maintenant place au travail pour le prochain match de championnat», a-t-il écrit celui qui avait des atouts pour être traité d’une meilleure manière. On parle ici d’un footballeur qui a remporté autant de titres collectifs que le lauréat de la soirée. Il a été champion d’Europe en club, vainqueur de la Supercoupe UEFA, vice-champion d’Angleterre. Il a aussi a emmené sa sélection jusqu’en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019 en Egypte. Un tournoi dans lequel il était une pièce maîtresse dans l’échiquier d’Aliou Cissé. Même un peu en dedans, l’ancien sociétaire du FC Metz et du Southampton FC a réussi à faire trembler les filets à 3 reprises et délivrer un «assist». En juillet dernier, le prodige du Sénégal avait fait cette déclaration : «C’est un cri du cœur que nous devons tous faire. Je pense que ce n’est pas normal que la CAN ne soit pas considérée au même titre que la Copa America ou encore l’Euro. C’est vraiment dommage. Avec tout mon respect, il faut que cela cesse, vraiment.» Il avait certainement touché le problème du doigt. A méditer.

Le palmarès de la soirée :
Meilleur joueur UEFA : Virgil Van Dijk (Pays-Bas/Liverpool FC)
Meilleure joueuse UEFA : Lucy Bronze (Angleterre/Olympique lyonnais)
Meilleur gardien : Alisson Becker (Brésil /Liverpool FC)
Meilleur défenseur : Virgil Van Dijk (Pays-Bas/Liverpool FC)
Meilleur milieu de terrain : Frankie De Jong (Pays-Bas/Ajax Amsterdam)
Meilleur attaquant : Lionel Messi (Argentine/FC Barcelone)
Prix du président UEFA : Eric Cantona (France)
Distinction #EqualGame de l’UEFA : Scott Cunliffe (supporteur de Burnley FC) et Borussia Dortmund (Allemagne).
Ce trophée récompense une personne ou une organisation ayant servi de modèle en promouvant la diversité, l’inclusion et l’accessibilité dans le football européen.