Reporters a appris, hier, de source sûre, que l’ancien chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, revient aux affaires. La même source affirme à notre rédaction que l’ancien ministre et diplomate au long cours a été nommé par M. Abdelaziz Bouteflika au poste de ministre d’Etat conseiller auprès de la présidence de la République pour les questions internationales.

Notre source n’indique pas que M. Lamamra participera ou pas à la campagne du chef de l’Etat sortant pour un cinquième mandat. Elle laisse uniquement entendre que l’ancien ministre des Affaires étrangères aura « beaucoup à faire » à se préoccuper des dossiers de politique étrangère de l’Algérie.
On peut cependant supposer sans risque que sa nomination n’est pas sans lien avec l’actualité électorale du chef de l’Etat. Sollicitée sur la véracité des indiscrétions ventilées durant ces dernières jours selon lesquelles M. Lamamra serait chargé de mener campagne pour le chef de l’Etat à l’étranger, notre source botte en touche : « Pas à l’ordre du jour pour l’instant. Le plus sûr est qu’il s’occupera à la Présidence de ce qu’il sait faire, la diplomatie », réagit-elle. L’ancien chef de la diplomatie a quitté le gouvernement en mai 2017 quand l’équipe exécutive était dirigée par Abdelmalek Sellal, actuellement directeur de campagne du chef de l’Etat sortant. Il n’a toutefois jamais rompu avec son métier de grand diplomate. Dès son départ du gouvernement, il avait repris du service aux Nations unies où il s’est occupé avec dix-sept autres personnalités de médiation internationale auprès du secrétaire général Antonio Guterres. M. Lamamra a fait partie du tour de table d’experts du think tank l’International Crisis Group. A l’échelle africaine, le nouveau ministre d’Etat chargé du conseil diplomatique auprès du président de la République s’est distingué récemment par sa mission à Madagascar. En tant que Haut représentant de l’Union africaine pour la présidentielle dans ce pays, il a œuvré à la bonne tenue du scrutin présidentiel dans ce pays et à « réconcilier » les anciens chefs d’Etat rivaux. Le nouveau ministre conseiller diplomatique du chef de l’Etat est réputé pour son réseau et ses liens d’amitié dans des pays partenaires de l’Algérie dont les Etats-Unis où il a été en poste d’ambassadeur durant les années quatre-vingt-dix.<