Comme annoncé sur ces mêmes colonnes dans les précédentes parutions, Youcef Aouchiche a été élu Premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), par les membres du Conseil national issu du congrès national du parti tenu les 8, 9 et décembre en cours.

PAR NAZIM BRAHIMI
Youcef Aouchiche, également sénateur, a eu la confiance de la majorité écrasante du Conseil, puisque 196 membres ont voté pour contre 19 voix qui ont dit non dans un scrutin à bulletins secrets et dans lequel l’ancien président de l’APW de Tizi Ouzou était le seul en lice.
Et si l’élection de Youcef Aouchiche ne constitue pas une nouveauté dans la mesure où le concerné a déjà exercé cette mission, la nouveauté réside plutôt dans le fait qu’il est mandaté par le Conseil national et pas choisi par la défunte instance présidentielle supprimée dans les statuts.
L’élection de Youcef Aouchiche était très attendue par les militants du FFS au vu des efforts qu’il a accomplis pour réunir les conditions qui ont permis l’organisation du dernier congrès reporté à deux reprises sur fond de crise interne, notamment autour de l’Instance présidentielle.
«Le FFS a définitivement tourné la page de la crise. Tous les militants ont eu l’occasion de s’exprimer dans des assemblées générales ouvertes, qui ont désigné démocratiquement tous les congressistes», a soutenu Youcef Aouchiche à la fin des travaux du congrès.
«Nous entamons une nouvelle phase, celle de la reconstruction, de la réhabilitation de l’action politique. Nous aspirons à permettre à toutes les énergies à l’intérieur du parti et au sein de la société à ce qu’elles contribuent avec nous à élargir la vision.
Notre objectif est de mettre le parti sur les rails pour la conquête du pouvoir», a ajouté le même responsable.
A noter qu’après avoir élu le premier secrétaire du parti, les membres du conseil national ont entamé l’autre point à l’ordre du jour, à savoir l’élection également des membres du Comité de collégialité et d’Éthique (CCE), instance mise en place à faveur des aménagements statutaires apportés par les congressistes.
Cette nouvelle instance est composée de 7 membres et pour laquelle vont candidater les noms les plus en vue dans les instances du parti notamment les membres de l’ancienne instance présidentielle ainsi que les sénateurs et autres élus dans les assemblées locales.
Les membres du Conseil national devront aussi procéder à l’installation du bureau du conseil national, de même que la commission ad-hoc qui aura à élaborer l’avant-projet de règlement intérieur qui devra définir, notamment, les prérogatives de ce CEE.
Par ailleurs, la famille du FFS a commémoré vendredi la 7e année depuis la disparition de Hocine Ait Ahmed, mort le 23 décembre 2015 et enterré le 1er janvier 2016.
La famille d’Aït Ahmed a adressé, quant à elle, un message dans lequel elle a appelé à «un recueillement dans le silence et la rahma».
«Hocine Aït Ahmed nous a quittés le 23 décembre 2015.
Nous vous prions de commémorer ce vendredi le septième anniversaire de son décès, dans le plus strict respect de ses dernières volontés, gravées dans les trois langues sur sa tombe, laquelle ne fera jamais l’objet d’aucune cérémonie de la part de toutes autorités politiques, de tous partis politiques et autres groupements, ni d’aucune exploitation mercantile», a écrit la famille du défunt dans son message, repris sur les canaux de communication du FFS. <