Le bras de fer qui oppose le ministère de l’Education nationale au Cnapeste semble enfin connaître son épilogue. Après six mois de boycott d’activités administratives, le Cnapeste a enfin décidé d’inscrire les notes des élèves sur la plateforme numérique de la tutelle. Les élèves privés de bulletins des deux premiers trimestres auront désormais leurs relevés de notes.

PAR MILINA KOUACI
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur de l’éducation (Cnapest) a tranché, au terme de la session extraordinaire de son conseil national, tenu les 10 et 11 mai dernier au lycée Frantz-Fanon de Boumerdès, en faveur de la remise des notes des deux premiers trimestres. Les résultats des délibérations ont été annoncés après avoir analysé sur deux jours consécutifs les comptes-rendus des conseils de wilayas et les AG tenues au cours de la même semaine. «Après les délibérations, le syndicat a décidé de remettre les notes des élèves sur la plateforme numérique du ministère», écrit le syndicat dans un communiqué rendu public.
Deux mois plus tôt, ce dernier a arrêté son mouvement de grève de deux jours, entamé en novembre dernier, avant que l’organisation syndicale ne sursoit à son mouvement. Cependant, le syndicat a décidé de maintenir le boycott de remise de notes pour faire valoir ses revendications dont l’amélioration du pouvoir d’achat des enseignants du secteur. Une forme de protestation qui a inquiété les élèves et leurs parents et mis dans l’embarras les établissements scolaires, dans l’incapacité d’orienter les élèves de fin de cycle moyen et ceux de la première année secondaire, qui sont en tronc commun, vers différentes branches. Les parents d’élèves ont accusé le syndicat de prendre les élèves en otages. Des accusations que les enseignants ont contesté vu que les élèves ont pris connaissance de leurs notes, fait une correction collective et poursuivent les cours après l’arrêt de la grève.
La réunion tenue le 27 avril dernier entre Cherfa Belabed et les représentants du syndicat a permis de désamorcer la situation. Au cours de cette réunion, le ministère de l’Education s’est engagé à satisfaire les revendications du syndicat relevant de ses prérogatives. D’ailleurs, la prime de rendement ISSRP, qui n’avait pas été versée aux enseignants ayant boycotté la remise des notes, a été dégelée. Le porte-parole du syndicat Messaoud Boudiba avait indiqué qu’aucune des revendications principales n’a été prise en charge jusque-là, mais a reconnu toutefois la prise en charge de certaines revendications secondaires, à l’instar de l’ouverture des concours de promotion. Le syndicat a instruit ses militants de rester mobilisés pour arracher de nouveaux acquis et participer à solutionner les principaux dossiers, en citant celui du pouvoir d’achat, du logement, de la retraite, du statut particulier, des oeuvres sociales et de la prime de zone. <