On peut partir de loin et conquérir les sommets. Et il l’a prouvé. Aussi fou et improbable soit le rêve, le travail sérieux et la détermination peuvent faire qu’il se réalise. La conquête pouvait être improbable, car il s’agit du trône du meilleur buteur de l’équipe nationale. Une souveraineté détenue, depuis vendredi dernier, par l’incontestable Islam Slimani.

Par Mohamed Touileb
Le sélectionneur Djamel Belmadi a misé sur Islam Slimani pour battre le record d’Abdelhafid Tasfaout et devenir le meilleur buteur de l’équipe nationale. C’est chose faite depuis 3 jours. L’avant-centre de l’Olympique Lyonnais est devenu le goaleador suprême de l’EN avec 37 réalisations grâce à un doublé face au Niger. L’apothéose pour un joueur atypique qui a traversé tant d’écueils pour en arriver là.
« Slimani est en mesure de réaliser d’autres records en devenant même le meilleur buteur de toute l’histoire des Verts. Il est arrivé sur la pointe des pieds à Monaco, et là, il est en train de s’illustrer de match en match. Il est devenu un élément incontournable de son équipe », Belmadi avait misé une pièce sur le fer de lance lorsqu’il performait avec l’AS Monaco lors de la saison 2018-2019.

Catalogué joueur de tête
À l’époque, le « Gone » comptait 29 réalisations internationales. Sept sélections et 8 buts plus tard, il a délogé Abdelhafid Tasfaout d’un trône qu’il occupait depuis 19 ans. Son prédécesseur a eu besoin de 86 apparitions (134 mois) pour atteindre 36 pions contre 75 pour son héritier qui est là depuis 116 mois « seulement ». Slimani a donc été le plus rapide dans sa conquête. Et c’est aussi un détail non-négligeable.
Cela n’est pas le fruit du hasard ou d’un joueur qui a du bol. SuperSlim, comme les supporters du Sporting Lisbonne le surnommé, a forgé son avènement par la force de son abnégation et sa résilience. Il fait dire que ça n’a pas toujours été facile pour lui. Il a été catalogué footballeur qui n’est bon que de la tête. A ce sujet, on soulignera qu’il a fait mouche 11 fois avec son coup de casque contre 20 du pied droit et 6 du gauche. Clairement, il y a de la variété dans la finition.
Cette étiquette, il l’a assumée. Et en guise de réponse aux détracteurs, il s’était élevé plus haut que tout le monde lors de Russie – Algérie au Brésil pour inscrire le but ayant envoyé l’Algérie au second tour de la Coupe du Monde 2014. Une réalisation qui vaut de l’or et qui restera dans les annales. Mais comme si cela ne suffisait pas, le natif d’Aïn Benian prendra rendez-vous avec l’histoire 52 capes plus tard, face à la même sélection qui l’a vu honorer sa première apparition avec El-Khadra : le Niger, le 26 mai 2012.

Croire ouvre les portes de la gloire
Vendredi, il a planté un doublé (du pied) pour atteindre le point culminant d’une trajectoire qui force au minimum le respect si certains ne peuvent pas l’admirer jouer car trop peu technique à leur goût. « C’est un rêve pour moi d’être le meilleur de la sélection. Quand je revois ma carrière et ma jeunesse c’est un rêve. C’est une fierté pour moi, mes parents et ma famille », a réagi le longiligne « striker ».
Slimani ajoutera une chose importante : « il faut croire en ses rêves pour les réaliser ». Une phrase édifiante qui reflète l’abnégation de celui qui compte aussi, et il faut e souligner, 22 offrandes décisives avec l’EN. Un total qui fait de lui le deuxième meilleur passeur des « Fennecs ». Depuis qu’il était à la JSM Chéraga, il a bataillé pour se faire un nom. Lors de son passage au CR Belouizdad, il a même été traité de « fou » par certains supporters. Pour Belmadi, il est un « incompris ». Un terme qui colle souvent aux gens qui sont non-conformistes et se battent pour leurs idées avec leurs propres moyens.

L’admiration de Belmadi veut tout dire
Depuis qu’il a évolué dans l’élite algérienne avec le « Chabab », il a connu 4 championnats européens différents : le Portugal (Sporting), l’Angleterre (Leicester City et Newcastle), la Turquie (Fenerbahçe) et la France (AS Monaco et Olympique Lyonnais). On parle d’un conquistador qui relève les défis. Aussi fous soient-ils. D’ailleurs, A 33 ans, il évolue toujours dans une Ligue majeure pendant que des joueurs de son âge optent pour la retraite dorée et le confort du Golfe. Surtout que ce choix n’est pas préjudiciable pour continuer à jouer avec l’EN sous Belmadi.
Tous ces détails prouvent, si besoin, que Slimani est un footballeur déterminé. Et bien que sa palette technique soit « limitée », il la compense avec un mental de fer. Un ingrédient indispensable pour graver son nom en lettre d’or et atteindre les hauts degrés de performances. Même le coach de l’Algérie est en admiration devant son accomplissement. « Il est respecté en dehors du pays. Nous on s’en rendra compte un peu trop tard peut-être. Il sait ce que je pense de lui. C’est un exemple pour moi », témoigne l’ex-driver de Duhail SC (Qatar). Si nous on apprécie Belmadi et que Belmadi admire Slimani, on ne se doit que de lui montrer la considération que cette ascension remarquable impose.