Il commençait à s’impatienter. Trois matches, ce n’est pourtant pas grand-chose. Mais pour Kylian Mbappé, c’est beaucoup trop. Il s’était vu inscrire son 100e but sous le maillot du PSG à Monaco (2-3). Le VAR lui avait finalement refusé cette joie. Depuis, il rongeait son frein. Mais la délivrance a fini par arriver à Montpellier (1-3), où il n’était que remplaçant au coup d’envoi. Mais comme souvent dans ces cas-là, Mbappé a signé une entrée décisive. Et sur un centre de Laywin Kurzawa, l’attaquant parisien n’a eu qu’à pousser le ballon au fond des filets. C’était loin d’être le but le plus compliqué de sa carrière. Mais celui-là restera dans l’histoire.

«C’EST UNE LIBERATION»
Oui, trois matches c’est long pour un joueur qui n’en a eu besoin que de 137 pour atteindre ce cap symbolique. Pas seulement pour lui. Réduit à défendre face à Leipzig (1-0), d’une maladresse étonnante face à Bordeaux (2-2), sans réussite face à Manchester United (1-3), Mbappé sentait monter la frustration. Et commençait même à susciter quelques doutes. «Ça faisait quelques matches que je voulais le marquer ce 100e but, a-t-il reconnu au micro de Canal + après la rencontre. C’est une libération.»
Mbappé a d’abord fait part de son soulagement. Mais il est totalement conscient de l’exploit qu’il a réalisé. Les statistiques, les détails de tous ses buts, il les connaît. Comme la place qu’il prend «dans un grand club comme ça avec tous les grands joueurs qui sont passés ici.» C’est peu de le dire. Il vient de rejoindre une légende comme Dominique Rocheteau, lui aussi auteur de 100 buts avec le PSG. Et ils ne sont plus que trois dans l’histoire du club de la capitale à avoir fait mieux que lui : Pauleta (109), Zlatan Ibrahimovic (156) et Edinson Cavani (200).

«JE NE PENSAIS PAS MARQUER TROIS BUTS DÉJÀ»
Une telle liste en dit assez long sur la performance réalisée par le gamin de Bondy, arrivé au PSG à l’été 2017 pour 180 millions d’euros. Au-delà du montant de son transfert, son talent laissait présager qu’il puisse empiler les buts avec Paris. Mais Mbappé s’est refusé à dire qu’il s’attendait à en marquer autant. «Quand j’ai signé ici jamais je ne pensais pas marquer trois buts déjà, a-t-il lancé. Cela faisait partie des objectifs lointains mais de là à y arriver… je veux remercier mes coéquipiers, le club qui m’a donné la confiance depuis trois ans que ce soit dans les bons ou les mauvais moments.»
Mbappé a franchi un cap symbolique. Mais il est loin d’être au bout de son chemin. Ses axes de progression, il les a déjà tracés. Sans grande difficulté. Sur ses 100 buts, il n’en a marqué que 2 de la tête. «Pourtant, je travaille là-dessus», a-t-il glissé. Il a aussi reconnu une certaine tendance à l’individualisme malgré un joli total de 48 passes décisives sous le maillot parisien. «Je pense que je peux m’améliorer dans ce secteur, je peux plus faire marquer, a-t-il assuré. J’ai une marge là-dessus mais ça va venir avec le temps.»
Reste à savoir combien de temps. La prolongation d’un contrat qui expire en 2022 est l’un des grands dossiers actuels des dirigeants parisiens, et Leonardo l’a évoqué en marge du match face à Montpellier. Rejoindre, voire dépasser Cavani n’est pas encore à l’ordre du jour. «Je ne pensais pas marquer 100 buts déjà, a-t-il tempéré. 200 c’est encore loin. Marquer des buts déjà, marquer mardi en Ligue des Champions.» Pour un joueur qui attend encore son premier but en Ligue des champions en 2020, et compte tenu de l’enjeu du match pour Paris, ce serait une autre libération. n