Les groupes d’hydrocarbures algérien, Sonatrach, et français, Total, ont renouvelé leur partenariat dans le gaz naturel liquéfie (GNL), ont-ils annoncé jeudi dans des communiqués distincts. « Cet accord permet notamment de prolonger pour 3 années supplémentaires l’approvisionnement du marché français en GNL algérien », souligne Total.
Les livraisons, à hauteur de 2 millions de tonnes par an, seront effectuées « en priorité » au terminal méthanier de Fos Cavaou (Bouches-du-Rhône), ajoute le groupe français. « La qualité des relations entre les deux partenaires historiques a permis la conclusion de cet accord dans un contexte de marché extrêmement volatil », a commenté Sonatrach dans un communiqué, en faisant référence à la chute des cours occasionnée par la crise sanitaire de la Covid-19. L’accord « ouvre la voie à l’approfondissement de la relation partenariale entre Sonatrach et Total dans divers domaines dans l’intérêt mutuel des deux parties », ajoute le groupe algérien.
Il « s’inscrit dans la longue histoire de coopération entre Total et Sonatrach. La qualité de notre relation de confiance a permis » la conclusion de l’accord « dans un contexte de marché extrêmement volatil ». « Ce nouveau contrat contribue à la flexibilité du portefeuille GNL de Total et conforte notre position de partenaire majeur de Sonatrach », a déclaré Laurent Vivier, directeur Gaz de Total. L’Algérie était en 2018 le quatrième fournisseur de gaz naturel de la France avec une part de 7%, derrière la Norvège, la Russie et les Pays-Bas.