La compagnie nationale d’hydrocarbures a confié hier officiellement à des entreprises algériennes la réalisation de plusieurs projets destinés notamment au développement de champs gaziers et pétroliers à l’ouest du pays.
Six entreprises algériennes sont engagées dans la construction, sur une distance de 700 km, de réseaux de collecte et de lignes d’expéditions du projet de développement des champs gaziers du sud-ouest du pays. Les sociétés ENGCB, Sarpi, ENGTP, Enac, Kanaghaz et Cosider Canalisations, dont des filiales de Sonatrach, ont signé hier avec la compagnie nationale des hydrocarbures des contrats d’une valeur de 67 milliards de dinars. Au «vu de l’importance de ce projet, nous l’avons divisé en plusieurs pour permettre un gain de temps», a expliqué Tewfik Hakkar, le PDG du groupe pétrogazier. L’autre objectif, a ajouté le PDG, est d’assurer un plan de charge au profit des filiales de Sonatrach et des entreprises algériennes surtout après le contexte suscité par la crise sanitaire». Ce responsable a ainsi indiqué, qu’une fois réceptionné, ce projet permettra d’assurer un apport de production de gaz estimé à 11 millions m3/jour à l’horizon 2022.
Sonatrach a également signé avec le Groupement Sarpi/Safir un contrat relatif au développement des champs pétroliers Ouest de Touat-Phase 2. «Ce projet permettra d’alimenter la raffinerie d’Adrar à raison de 6 000 barils/j de pétrole brut d’ici 2022», a expliqué M. Hakkar.
D’autres contrats ont été signés avec Cosider Canalisations pour la mise en conformité des systèmes de détection/extinction et des réseaux anti-incendie des installations de transport de RTO «Zone d’Arzew», ainsi qu’avec l’Enac pour la fourniture, l’installation et la mise en service de nouveaux systèmes de protection cathodique pour la nappe de canalisations (Hassi R’Mel – Arzew) de la région transport ouest «RTO».
Selon le PDG de Sonatrach, ces projets pourront générer près de 3 000 postes d’emplois et soutiendront les capacités nationales de production de gaz. n