Le sacrifice pendant la guerre de Libération nationale de la famille Sidi Maâmar de Bouhinoun est un exemple de bravoure, de don de soi et de l’amour de la patrie. Trente et un membres de cette famille ont pris le maquis, dont 12 tomberont au champ d’honneur entre 1954 et 1962.

Au village Bouhinoun, qui a donné beaucoup de martyrs durant la Révolution, on porte comme un emblème le sacrifice de cette fratrie, dont les noms des douze martyrs sont gravés sur le marbre du monument dédié aux chouhada du village qui trône sur les hauteurs de Tizi Ouzou. Une manière pour les habitants d’exprimer leur fierté et leur reconnaissance pour le sacrifice consenti par une seule famille.
Un engagement salué, samedi, dans un hommage organisé à l’initiative de la famille et du musée régional du Moudjahed à Tizi Ouzou.  La cérémonie s’est déroulée en présence du P/APC, du chef de daïra de Tizi Ouzou, de nombreux moudjahidine qui ont évoqué le parcours des douze martyrs et rendu hommage à une famille qui a consenti le meilleur des sacrifices pour l’indépendance de l’Algérie.  Rendant hommage aux douze martyrs, le P/APC de Tizi Ouzou, Ouahab Aït Menguellet, rappellera le sacrifice consenti par les citoyens de la commune de Tizi Ouzou durant la révolution qui ont donné 1 500 martyrs dont 84 issus du village de Bouhinoun, et 12 d’une même famille, a indiqué Ouahab Aït Menguellet. Ce dernier a émis le vœu, en présence des autorités de la wilaya, que le nouveau stade de 50 000 places soit baptisé du nom des 12 frères martyrs de la famille Sidi Maâmar de Bouhinoun.
Une demande appuyée par Si Ouali Aït Ahmed, ex-secrétaire de PC de la wilaya III historique, et Ikène Idir, vice-P/APW RND. A travers ce baptême, « nous comptons préserver la mémoire de nos martyrs contre l’oubli, une histoire à transmettre à la future génération qui leur servira de repère », argumentera l’élu du RND.