Un hommage a été rendu, dimanche soir à Paris, au chanteur Djamel Allam, qui a émerveillé toute une génération. L’hommage s’est déroulé au Cabaret Sauvage en présence de la famille artistique, venue essentiellement pour le chanteur et musicien algérien, auteur de «Arjouth» (Laissez-moi raconter)

et de «Mi ara d-youghal» (Quand il reviendra). L’ambassadeur d’Algérie à Paris, Abdelkader Mesdoua, a également participé à ce bel hommage sur instruction, a-t-on indiqué, du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour accompagner le chanteur «durant la dure épreuve qu’il traverse». Plusieurs chanteurs ont pris part à cette soirée, dont Idir, Madjid Soula, Amazigh Kateb, Ali Amrane, Akli D, et ont chanté les grands titres du répertoire de Djamel Allam, cet élève du cheikh Sadek El-Bedjaoui, qui a marqué la chanson kabyle en remportant plusieurs succès auprès du public et des médias. Djamel Allam, qui lutte actuellement contre la maladie, remplissait les grandes salles de France et dans plusieurs autres villes en Europe et aux Etats-Unis.
En novembre dernier, une quinzaine d’artistes avaient célébré les 40 ans de carrière de Djamel Allam, lors d’un gala hommage, rappelle-t-on. Safy Boutella, Salim Fergani, Hamdi Bennani, Akli Yahyatène, Bekakchi El Kheir et des dizaines d’autres avaient fait le déplacement pour lui exprimer leur solidarité, individuelle et collective, en ces moments de convalescence, mais aussi lui dire de vive voix le respect qu’ils vouent à son talent, à son originalité et son apport global au patrimoine musical national.