En football, le sort peut basculer à tout moment. On peut transiter du confort à l’inconfort en une minute et vice versa. La chance, aussi infime qu’elle soit, elle existe. Et quand c’est le cas, il faudra la maintenir en vie. Jusqu’au dernier souffle. Capricieux, le sport roi n’obéit à aucune logique ou science exacte. Bien d’équipes sont passées de la désillusion à l’extase dans le temps mort. Nombreuses sont celles qui ont pansé leurs plaies dans l’ «injury time». Rumeurs, forfaits et bagages déjà faits selon les «haters», notre équipe nationale n’a pas trouvé une épaule sur laquelle se reposer au moment où elle a vacillé. Presque au tapis, les « Verts » doivent se relever et aller au bout du combat. Tout simplement, parce que les Champions peuvent perdre aux points mais n’aiment jamais être défaits par K.O. L’on commence donc à établir les scénarios pour les voir passer en quarts. Certains choisissent le drame quand d’autres optent pour la romance. Une chose est certaine, si les Fennecs se qualifient, ce sera hitchcockien. Le droit de rêver reste légitime. Même après des débuts cauchemardesques. Y compris, quand on constate que beaucoup n’ont pas hésité à tirer sur l’ambulance qui transportait les infimes espoirs restants pour une éventuelle présence dans le « Top 8 ». L’EN a été criblée des balles de la critique par des pseudo-experts. Des psychanalystes qui n’ont même pas essayé de passer le malaise au crible de la véritable analyse technique. Ce soir, contre le Sénégal, les camarades d’Islam Slimani, joueront un match qui ne comptera pas pour du beurre pour eux. On dit ça parce que l’adversaire est sur un matelas de leader duquel il ne peut pas être subtilisé. Même en cas de défaite. Certes, le sort n’est pas totalement entre les pieds de nos « Guerriers du Sahara ».Cependant, une partie du destin dépend d’eux et ils doivent la forcer en apprivoisant les « Lions de la Téranga ». Pour le reste, il va falloir compter sur la générosité du Zimbabwe. Les « Warriors » pourraient s’offrir un succès contre la Tunisie pour nous donner le précieux sésame en cadeau par la suite. Le romantisme footballistique dans toute sa splendeur ! C’est, évidemment, le film idéalement idyllique auquel tous les amoureux d’«El-Khadra» aimeraient assister. Après tous, le Portugal a remporté l’EURO 2016 en ne gagnant aucun de ses matchs lors du premier tour. Peut-être que la reine africaine imitera celle du Vieux Continent, qui sait ?
M. T.