Très exposés au risque du Covid-19, les professionnels de la santé sont en train de payer un lourd tribut. Le constat est déplorable et la situation, pour eux et leurs proches, est devenue intenable. Au point qu’affirmer qu’une hécatombe est en train de les « frapper » ne serait pas loin de la vérité.
Le directeur des activités médicales et paramédicales au CHU « Mustapha Bacha », Rachid Belhadj, a donné, hier, un aperçu avec une statistique des plus alarmantes. Chaque jour, entre 20 et 30 cas du personnel médical sont contaminés. Le même jour, le Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo) annonçait le décès de trois pharmaciens, dans trois wilayas différentes (Batna, Médéa et Blida), durant les trois précédentes journées.
A ce bilan macabre, il faut ajouter la disparition, pour cause de Covid-19, de deux sommités médicales, en l’espace de 4 jours. Mercredi passé, c’était le Pr M’hamed Melbouci, Cardiologue et enseignant à la faculté de médecine de Tizi-Ouzou, de décéder. Trois jours plus tard, avant-hier, samedi, c’était au tour du Dr Mourad Boumaza, dentiste connu à Annaba, et très actif dans le secteur médical de la région, de quitter ce monde. Deux personnalités, qui même en âge de retraite, ont toujours voulu apporter leur savoir pour leurs jeunes collègues, et pour les patients. D’ailleurs la disparition du Dr Boumaza est une perte pour le secteur de la santé, pour sa famille, et aussi pour le monde de l’édition. Le défunt a publié, entre autres, un livre historico-médical, « L’histoire des hôpitaux: un aperçu sur la santé à Annaba à travers les siècles », dont l’apport est loin d’être négligeable surtout en ces temps de disette.
Ces pertes humaines parmi les professionnels de la santé annoncent de « mauvais jours ». A un moment où le pays a besoin de réunir toutes ses forces pour combattre cette pandémie, ces disparitions vont accroitre les difficultés dans les hôpitaux du pays. La recrudescence des cas Covid-19 nécessite le renforcement de tous les moyens, matériels et humains, d’où la priorité qui est celle de protéger le personnel médical. Il s’agit d’une nécessité primordiale en ces temps de crise sanitaire.