La célébration de la journée internationale de la langue maternelle aura lieu le 21 février 2022 dans la localité d’Igli dans la wilaya de Béni-Abbès. En perspective de cette date,
le secrétaire général du Haut-commissariat à l’Amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad, s’est rendu sur place pour visiter les structures devant abriter l’évènement. Au terme de cette visite de trois jours, une commission chargée des préparatifs de cette célébration a été installée.

Synthèse Selma Allane
« Cette commission intersectorielle procèdera à la préparation et à la mise en œuvre des différents aspects organisationnels pour la célébration de cette journée internationale, dont le but est de contribuer à la valorisation des différentes réalisations littéraires et scientifiques de la langue amazighe, avec ses variantes parlées en Algérie », a indiqué M. Assad. En plus de différentes activités de communication et d’expositions des réalisations scientifiques et littéraire du HCA durant le déroulement de cette manifestation à Igli, il est prévu une rencontre académique avec la participation de plusieurs scientifiques et chercheurs, nationaux et étrangers, a-t-il également signalé. Cette rencontre sur le patrimoine immatériel de cette région du sud-ouest, notamment sur celui lié au patrimoine poétique et musical, a été aussi marquée par la présentation et la distribution gracieuse aux participants, dont plusieurs associations et chercheurs concernés par le patrimoine immatériel local, du premier album de chants et musique « korandje », de six chansons korandje, conçues et interprétées par Mostefa Mekhloufi, artiste issu de la région de Tabelbella. Ce premier album de chansons korandje, qui a été soutenu par l’APS, la Radio algérienne, la Commission nationale algérienne pour la Science et l’Education, ainsi que par l’Organisation des Nations-unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco), est non commercial et a pour seule vocation de mettre cette variante linguistique et ce parler unique en Algérie, à la disposition des « relais institutionnels de recherche et d’éducation », a fait savoir M.Assad.
A travers cette œuvre artistique qui tend à préserver un important pan du patrimoine immatériel de la région de Tabelbella (424 km au sud de Béni-Abbes), le HCA démontre les engagements qu’il avait pris en février 2020, en s’engageant à produire ce genre d’œuvres artistiques, et ce comme contribution à la préservation et la sauvegarde de cette unique variante de la langue amazighe qui est le Korandje, a-t-il poursuivi. Le korandje, qui est un mélange de songhaï (langue nilo-saharienne parlée dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest), d’arabe et de tamazight, est uniquement parlée dans la région de Tabelbella, notamment dans les zones de Kwara (Zaouïa), Ifrnyu (Cheraïa) et Yami (Makhlouf), a-t-il rappelé à l’assistance. Le secrétaire général du HCA a aussi affirmé, à l’occasion de cette rencontre, que « Tamazight demeurera un facteur de cohésion sociale et un élément principal de renforcement de l’unité nationale entre tous les Algériens, tout en constituant l’un des liens du vivre-ensemble, de la diversité culturelle et du multilinguisme ».