La Sécurité sociale doit intervenir dans les tarifications des analyses et d’imagerie médicale pratiquées par les libéraux dans ce contexte de crise sanitaire, a estimé le secrétaire général du Syndicat autonome des biologistes de la santé publique (SABSP), Youcef Boudjelal, qui appréhende une «aggravation» de la situation à cause de la grippe saisonnière qui risque de «corser» la propagation de la Covid-19 .
Relevant que le diagnostic de coronavirus est «gratuit» au niveau des hôpitaux publics qui disposent tous de laboratoires d’analyses, le praticien note que dans le secteur privé, «la tarification est variable». «Les tarifications des analyses et d’imagerie médicale pratiquées par les libéraux varient entre 12 000 et 18 000 DA. Elle est appliquée sur la base de plusieurs critères comme la qualité des équipements utilisés et les prix d’achat des équipements médicaux», précise le Dr. Boudjelal.
Une tarification qualifiée «d’exorbitante» par les citoyens souhaitant se faire dépister dans un contexte marqué par la croissance des cas de contaminations quotidiennes. «La Sécurité sociale doit intervenir pour prendre en charge une partie ou la totalité des tarifs en cette période de crise sanitaire comme il est fait pour les titulaires de la carte Chifa ayant droit à la couverture sociale des dépenses de santé», rappelant que cet organisme rembourse les prestations et médicaments, selon, une nomenclature fixée par le ministère de la Santé.
Le biologiste a appelé récemment à la «nécessité de plafonner la tarification bien qu’elle soit appliquée sur la base de plusieurs critères». Toutefois, sur un ton optimiste, le secrétaire général du SABSP trouve que les vaccins développés actuellement contre le coronavirus diminueront, une fois acquis, le nombre de contaminations et de décès de la Covid-19.
Pour rappel, les laboratoires d’analyses privés disposant de la plateforme technologique et des équipements nécessaires et les cliniques d’imageries médicales sont prisés par les personnes suspectées d’être atteintes de coronavirus, depuis que le ministère de la Santé les a autorisés à contribuer à la campagne nationale de lutte contre l’épidémie du nouveau coronavirus.
Par ailleurs, le porte-parole du Syndicat des biologistes estime que «la situation sanitaire liée au coronavirus pourrait s’aggraver dans les prochains jours si les citoyens continuent d’ignorer les recommandations de l’autorité sanitaire, notamment l’observation des gestes barrières.