Face à la crise mondiale du Coronavirus, qui frappe également notre pays, les élans de solidarité se multiplient. Une petite usine vient d’être mise en place à Hassi Messaoud pour la fabrication de masques et de tenues de protection médicale, en manque actuellement.
Cette initiative, cent pour cent bénévole et première du genre, a pour objectif de fournir des tenues et des outils de protection médicale, notamment des combinaisons et bottes, des tabliers médicaux, masques et bavettes aux soignants et personnel hospitalier pour réduire le risque de contamination par le Coronavirus. L’usine est entrée en exploitation jeudi 26 mars 2020.
Le fruit des efforts de collaboration d’un groupe d’opérateurs économiques de Hassi Messaoud, d’universitaires, d’artisans, de couturiers et de couturières, avec la participation de la Direction du tourisme en coordination avec la Direction de la santé. La Chambre de commerce et d’industrie des Oasis a accompagné et encadré cette opération qui consiste surtout à mettre en place un atelier pour la confection de combinaisons, de tabliers, bavettes et de bottes de protection. Ceci dans le cadre de la campagne de solidarité spéciale pour faire face a l’épidémie au Coronavirus. Le Directeur de la santé de wilaya a exprimé, lors du lancement de l’exploitation, sa satisfaction à l’égard de cette initiative. Il a aussi donné des instructions concernant l’accélération des travaux afin de livrer, dans les plus brefs délais la commande, destinée a l’Etablissement public hospitalier Mohamed-Boudiaf d’Ouargla. Ce dernier a exprimé, également, des réserves sur la fabrication des masques et des bavettes pour la qualité du tissu, apparemment non conforme. Les travaux sont en cours pour améliorer la qualité du produit et l’augmentation de la quantité afin de subvenir aux besoins des hôpitaux au niveau local.
La semaine passée, et après Oued Souf, des chercheurs du Laboratoire de valorisation des ressources sahariennes de l’université Kasdi-Merbah d’Ouargla ont procédé à la fabrication d’une quantité du gel hydroalcoolique au profit des établissements hospitaliers et cliniques publics. Les enseignants ont également initié une action de don suite à l’appel du recteur afin de renforcer les capacités d’autofinancement des hôpitaux locaux en cette crise épidémiologique aiguë.G. C.