Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoul, a révélé lors de la visite d’inspection des chantiers de la nouvelle ville de Hassi Messaoud effectuée, hier, que la ville nouvelle et la première partie de la ZAL seront livrées fin 2019.

La première partie de la Zone d’activités logistiques (ZAL) et la ville nouvelle seront livrées à la fin de l’année en cours, selon les déclarations de Djebali Kamel, directeur de l’ingénierie et de la construction à l’Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNHM), ajoutant que les travaux de la deuxième partie seront lancés en avril 2020. Une première étape durant laquelle pas moins de 60 000 habitants seront logés, selon les données fournies.
Le ministre de l’Habitat a souligné la nécessité de mettre en œuvre le plan de construction et d’accomplir «minutieusement» la réalisation de cette future ville. Sur le terrain, la délégation ministérielle a pu constater les retards importants qu’accusent les travaux. Le taux d’avancement de la ville nouvelle a atteint, selon les déclarations, 75% environ dans le premier quartier et près de 57% au niveau de la ZAL, où les travaux concernant le groupement scolaire ont atteint 97% et 99% pour le lycée et le CEM. Les travaux de viabilisation externe, le projet de la salle de sport et des logements de fonction de ces deux établissements ne sont pas encore achevés. Tandis que ceux concernant la construction des sièges de la Sûreté urbaine, la Brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) et la polyclinique, s’accélèrent pour être livrés dans les plus brefs délais, affirment les responsables du secteur. Le wali de Ouargla Abdelkader Djallaoui, lors de son allocution, a demandé le dégel de certains projets prévus dans cette nouvelle ville et appelé les grandes sociétés, telle que Sonatrach, à contribuer à ces projets, outre la désignation prochaine d’un gestionnaire de la ville et l’accord pour la création de promotions immobilières.
A rappeler que la nouvelle ville est implantée à 80 km de l’actuelle Hassi Messaoud sur la route de Touggourt, au lieu-dit Oued El Maraâ. Le lancement des travaux de réalisation a accusé beaucoup de retard en raison de la lenteur et de la complexité des procédures, du choix des bureaux d’études et des problèmes de financement. Ce n’est qu’en 2012 que les études du Plan d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) ont été lancées. Elles ont été finalisées en 2013. D’un montant de 100 milliards de dinars, les travaux de VRD ont été confiés à un groupement d’entreprises publiques, Cosider TP comme chef de file, Cosider Canalisation, ENGCB et Kahri.
Le projet global, estimé à plus de 6 milliards de dollars, est fragmenté en trois phases d’exécution qui s’étaleront jusqu’à l’horizon 2030. A cette échéance, la ville nouvelle accueillera plus de 80 000 habitants sur une superficie estimée à plus de 4 480 hectares.

Un lot supplémentaire de 2 500 logements
Lors de sa visite d’inspection à la nouvelle ville de Hassi Messaoud, Kamel Beldjoul a fait part de l’affectation au profit de la daïra de Hassi Messaoud d’un lot supplémentaire de 2 500 logements, dont 1 000 logements sociaux et 1 500 logements promotionnels aidés.
La visite du ministre se poursuivra aujourd’hui, dimanche, par l’inspection des projets relevant de son secteur dans la wilaya déléguée de Touggourt (160 km de Ouargla) puis au chef-lieu de la wilaya de Ouargla, dernier point de visite.