Bousculades, affrontements et actes de vandalisme, lors de l’afflux des demandeurs d’emploi vers le bureau de main-d’œuvre pour inscription aux offres d’emploi de la semaine, ont marqué le début de la semaine.
Des images et des scènes bouleversantes ont été observées, dimanche matin, dans la commune de Hassi Messaoud devant le siège de l’Agence nationale de l’emploi (Anem), bureau local de Hassi Messaoud (80 km du chef-lieu de wilaya Ouargla).
La scène s’est produite lorsque des dizaines de jeunes chômeurs ont tenté d’accéder à l’intérieur du siège en forçant le portail dans le but de s’inscrire aux offres de la semaine. Le bureau n’ouvre qu’une matinée ou deux par semaine pour l’affichage des offres, qui ne répondent pas dans la majorité du temps aux besoins et attentes des demandeurs d’emploi locaux, en quantité comme en qualité.
La seule fenêtre d’échange entre ces derniers et l’Agence responsable des recrutements, demeure ce guichet de 20 cm sur 20 à travers lequel les jeunes espèrent avoir des réponses à leurs questions ou éclaircissements en matière d’embauche. Ce blocus imposé par les responsables de ces agences locales à travers le territoire de la wilaya d’Ouargla a laissé s’installer un sentiment de colère envers tous les employés de cet organisme, longtemps pointé du doigt par les chômeurs du Sud au vu de sa gestion des offres d’emploi et des procédure de recrutement.
L’intervention des forces publiques a permis la dispersion dans le calme de l’ensemble des protestataires en colère mais la tension reste très tendue puisque, à peine dispersés, deux jeunes chômeurs ont tenté de se jetert du toit du siège de l’APC.
A Ouargla comme à Hassi Messaoud, le mouvement des chômeurs reprend de plus belle. Des différents comités et groupes de demandeurs d’emploi et de chômeurs appellent à une millionnaire le 12 janvier prochain. Des rencontres nocturnes régulières se multiplient dans les différents quartiers de la wilaya pour l’organisation de ce mouvement. A suivre.